Stella Lansing: elle capte sur film des images d’une autre dimension

Stella Lansing voit des orbes dans le ciel

Tout a commencé un soir de 1961, lorsque Stella Lansing, une habitante de Northampton au Massachusetts (États-Unis), a remarqué un objet lumineux ressemblant à un orbe au-dessus de sa maison. Il lui semblait que l’objet l’observait. Puis, d’un coup, l’objet s’est rapproché de l’endroit où elle se trouvait, et a plané un moment à quelques mètres d’elle, avant de se projeter au loin et disparaître.

Au cours des années suivantes, Stella et ses enfants se sont mis à voir régulièrement de ces orbes. Parfois, ils restaient immobiles, d’autres fois, ils semblaient les suivre. Il lui est arrivée aussi de voir des silhouettes d’êtres étranges.

Lorsque Stella Lansing parlait de ses expériences, les gens restaient sceptiques. Frustrée de leur incrédulité, elle décida de prendre des photo de ce qu’elle voyait afin de prouver qu’elle disait vrai.

Stella prit des photos, mais elle trouvait qu’elles ne rendaient pas bien l’expérience qu’elle vivait. Il aurait fallu filmer les orbes pour vraiment démontrer ce qui se passait. Aussi, Stella s’acheta-t-elle une caméra 8mm afin de filmer ces événements.

stella lansing
Stella Lansing

Stella filme des images hors-contexte

Le 18 février 1967, Stella a enfin eu l’occasion d’utiliser sa caméra 8mm. Alors qu’elle roulait sur la route 32 dans Northampton, elle remarqua des lumières dans le ciel et gara tout de suite sa voiture le long de la route. Le conducteur d’un autre véhicule, qui avait probablement remarqué les orbes, s’arrêta lui aussi. 

Au dessus de leurs têtes, deux lumières jaunes évoluaient tranquillement de l’est vers l’ouest, en direction du cimetière. Le temps que Stella prépare sa caméra, deux autres orbes étaient apparus, l’un d’eux semblant rebondir dans le ciel « comme une balle de caoutchouc ». Stella a filmé ce ballet d’orbes dansant dans le ciel, tandisque le conducteur de l’autre véhicule se tenait près d’elle, et admirait ces mouvements de lumières. À un moment donné, un orbe bleu est venu rejoindre les autres. Puis, une lumière blanche a semblé envelopper toute la zone, et les orbes sont partis à une vitesse extraordinaire.

Stella avait enfin réussi à filmer les phénomènes dont elle était témoin depuis des années. Mais il lui a fallu un an avant qu’elle n’obtienne un projecteur afin de visionner le film en détail. Son projecteur tout neuf était muni d’une technologie lui permettant de ralentir la projection, et même de regarder son film image par image. 

Et c’est ce procédé qui lui a permis de remarquer que certaines images de ce film présentaient une scène insolite, qui ne ressemblait en rien à ce qu’elle avait filmé dans le ciel en février 1967. La scène en question était présente sur un si petit nombre d’images qu’on ne la remarquait même pas lorsque le film jouait à vitesse normale. La scène montrait quatre hommes que Stella ne reconnaissait absolument pas, et qui n’étaient pas sur place au moment où la scène des orbes avait été filmée.

Cette image a été surnommée « Les occupants ».

occupants stella lansing
4 images du film où on peut voir "les occupants"
occupants stella lansing
Les occupants

Stella elle-même croyait que ces hommes devaient se trouver à l’intérieur d’un des objets non identifiés qu’elle avait filmés. « Je n’ai jamais vu les gens lorsque je les ai filmés, a-t-elle raconté. Je ne peux pas vous dire de quel objet ils provenaient ou dans quoi ils étaient. La seuls chose à laquelle je peux penser, c’est qu’ils devaient provenir de l’objet qui brillait d’un blanc doux. »

Stella Lansing, chasseuse d'OVNIs prolifique

Au fil des années, Stella Lansing a filmé plus de 50 rouleaux de film 8 mm, et pris de nombreuses photos en utilisant six caméras différentes, deux types de films, à toutes sortes d’heures du jour ou de la nuit, dans 5 états américains. Ses sujets sont des orbes ou des objets volants non identifiés. Elle a noté méticuleusement chaque fois qu’elle a vu ces OVNIs, avec la date, l’heure et l’endroit.

Elle avoue qu’elle ressent la compulsion de prendre un film ou des photos, et que c’est en suivant cette intuition qu’elle est devenue aussi prolifique. 

Lorsqu’elle a essayé de prendre en photo une des silhouettes brillantes qu’elle apercevait, Stella a senti sa main gauche au complet se paralyser, comme si elle recevait un choc électrique.

ovnis stella lansing
OVNIs et orbes filmés ou photographiés par Stella Lansing
"Je ne sais pas s'ils viennent d'une autre planète, ou s'ils vivent à l'intérieur de notre dimension, ou s'ils sont interdimensionnels - ou peut-être qu'ils vivent à un endroit sur Terre que nous n'avons pas encore découvert. Mais quoi que ce soit que je fasse, c'est comme si j'étais programmée d'une certaine manière pour ressentir le besoin de prendre des photos d'OVNIs. Je ressens une soudaine compulsion à prendre ma caméra, une soudaine urgence à vraiment saisir cette caméra. Je sens que peut-être on me le "dit", mais je ne sais même pas - je n'en suis pas consciente. Quand j'enclenche l'obturateur, c'est là que j'obtiens mes photos d'OVNIs ou d'entités. Quelque chose me le fait faire sans que j'en sois consciente. Je n'en prend conscience qu'après que ce soit arrivé."
stella lansing
Stella Lansing

Encore plus d'images hors-contexte

Sur les films de Stella Lansing, de nombreuses images insolites apparaissent. Des personnes ou des objets qu’elle n’a pas filmés ou pris en photo, de la même manière que « les occupants ». Parfois en surimpression sur plus d’une image, ce qui n’est même pas possible de faire volontairement avec une caméra.

Il est arrivé que des personnes se tenant près d’elle prennent aussi des films ou des photos du même événement, mais aucun d’eux n’a obtenu ces images hors-contexte.

monk stella lansing
Image surnommée "le moine"
stella lansing
Objet apparaissant sur une photo lorsque Stella Lansing photographiait des lignes à haute tension
clock stella lansing
Exemples d'un motif (surnommé "l'horloge") apparaissant en surimpression sur plus d'une image du film

Différentes caméras

Des experts en photographie ont suggéré que les motifs sur les films pourraient être causé par un problème mécanique de la caméra, provoquant une fuite de lumière. Toutefois, ces anomalies sont présentes sur des films pris avec plusieurs caméras différentes. Il est arrivé qu’un chercheur qui étudiait le phénomène, change de caméra avec Stella à la dernière minute. Et encore une fois, avec la caméra du chercheur, des images insolites apparaissaient sur le film. 

Enquêtes scientifiques

Lorsque des scientifiques s’intéressaient à ses expériences, Stella Lansing coopérait pleinement pour leurs enquêtes.

L’un de ces scientifiques était le Dr Berthold Eric Schwarz, un psychiatre qu’elle rencontra à une conférence sur les OVNIs. Ce médecin avait un vif intérêt pour le paranormal et l’ufologie, et il fut captivé par le récit que Stella lui fit de ses rencontres. Éventuellement, elle lui montra les photos et les films qu’elle avait pris. 

Le Dr Schwarz effectua des tests médicaux, physiques et neurologiques approfondis sur Stella. Tous ces tests donnaient des résultats normaux.

Après des années de recherches, le Dr Schwarz était convaicu de l’authenticité des expériences de Stella Lansing. Selon lui, les photographies montraient l’existence possible d’OVNIs et de certaines entités qui leurs étaient associées. Il proposa deux théories pour expliquer les images hors-contexte prise par Stella: soit qu’elle créait ces images par projection mentale, ou soit qu’avec sa caméra, elle pouvait capter des images d’une autre dimension.

dr schwarz
Dr Schwarz

Stella Lansing souffrait-elle de schizophrénie ?

En 1967, Stella a demandé l’aide d’un psychiatre, qui a diagnostiqué chez elle une schizophrénie paranoïde. Le docteur a affirmé que les OVNIs vus par Stella étaient en fait des hallucinations. 

Stella affirmait aussi qu’elle recevait des communications télépathiques provenant de Beelzebub, un démon. Bien qu’elle était catholique, Stella n’était pas une personne pieuse, et ce genre d’affirmation ne lui ressemblait pas.

Elle fut internée en psychiatrie pendant 5 semaines. Son traitement terminée, elle est retournée chez elle et n’a plus eu besoin de soins psychiatriques.

Le Dr. Schwarz, qu’elle rencontra des années plus tard, s’est penché sur son diagnostic de schizophrénie et pensait qu’il était erronné. Pour lui, les OVNIs qu’elle voyait n’étaient pas des hallucinations, mais des phénomènes bien réels. Il suggéra plutôt que Stella avait dû souffrir d’une psychose temporaire causée par ces phénomènes qu’elle expérimentait. Selon lui, elle avait dérapé et se croyait en contact avec Beelzebub parce que son esprit essayait de donner un sens à ces voix, ces images et ces visites qui la tourmentaient depuis des années.

Une énigme supplémentaire

En 1991, l’émission de télé Sightings voulait faire un reportage sur les expériences de Stella Lansing. Ils lui ont demandé s’ils pouvaient transférer le film contenant les images des « occupants » sur une cassette VHS afin d’être utilisé dans leur émission. C’est alors que quelque chose de troublant se produisit. C’est en transférant les images des occupants qu’ils se sont rendus compte que ces images contenaient du son… ce qui est techniquement impossible, puisque la caméra 8 mm de Stella Lansing ne pouvait pas capter le son. Sur cassette VHS, le son devenait disponible. Le très court segment de son contenait des voix humaines. 

Conclusion

Stella Lansing a continué toute sa vie à observer et étudier ces phénomènes étranges. Lors de son décès en 2012, elle n’avait toujours pas de réponse quant à l’origine de ce qu’elle voyait et captait sur film. 

13 photos de fantômes à vous donner la chair de poule

Les photos et les vidéos ne peuvent jamais être des preuves du paranormal.
Il sera toujours possible de truquer une photo ou une vidéo, ou de mentir dans son témoignage.
Toutefois, certaines photos portent à réfléchir…
Voici 13 photos qui m’ont particulièrement troublée.

1

il n'aurait manqué la photo de groupe pour rien au monde

Freddy Jackson, un mécanicien d’avion de la Royal Air Force, a été tragiquement tué en 1919 dans un accident impliquant une hélice d’avion. Le jour de ses funérailles, son escadron a été pris en photo.
Le visage de Freddy peut être vu derrière le quatrième aviateur à partir de la gauche dans la dernière rangée.  Lorsque la photo a été rendue publique dans les années 1970, Victor Goddard, un officier à la retraite de la RAF, a confirmé qu’il s’agissait bien de Freddy Jackson.

photo de fantôme

2

Sa belle-mère lui avait promis qu'elle serait avec lui

Cette photo a été prise le 22 mars 1959 à Ipswitch (Royaume-Uni) par Mable Chinnery. Après avoir visité et pris en photo la tombe de sa mère qui était décédée la semaine précédente, Mable marchait jusqu’à la voiture où l’attendait son mari Jim. Comme il ne restait qu’une seule pose sur son rouleau de film, elle a pris une photo de son mari. Au moment de la prise de vue, elle n’a rien vu d’anormal. C’est seulement lorsqu’elle a vu les photos développées qu’elle s’est aperçu que derrière son mari, on peut voir sa propre mère qui semble être assise sur le siège arrière.

Dans une entrevue, Jim Chinnery a expliqué que sa belle-mère aimait s’asseoir à cet endroit dans la voiture. Il a ajouté que ses derniers mots à son intention avant de mourir avaient été « Il ne t’arrivera jamais de mal, car je serai avec toi. »

chinnery

La photo entière

Ellen Hammel

Mme Ellen Hammell, mère de Mable Chinnery, de son vivant.
Notez qu’elle tient des lunettes dans une main, qui rappellent celles que porte son « fantôme »

3

Le chevreuil qui voit un fantôme

Édition: Cette photo est un canular. On peut rajouter cette petite fille sur nos photos grâce à une app qui s’appelle Ghost Capture.

Philip, de Mason au Texas, a envoyé cette photo au blog Strange Conspiracies, en expliquant que son père a installé une caméra afin d’observer les chevreuils qui viennent se nourrir à son installation. « Tôt le matin, vers 5 heures, nous avons vu quelque chose de bizarre: nous avons filmé un chevreuil mâle qui mangeait lorsqu’il a été effrayé par un fantôme! C’est très étrange et j’ai peur de ce qu’il pourrait y avoir sur notre propriété. »
L’enfant sur la photo, qui est vue par la caméra et le chevreuil, n’était pas visible pour Philip et son père. Philip spécifie qu’il n’y a pas d’enfant chez lui qui aurait pu être dehors à cette heure-là par un froid pareil. 
Un autre lecteur du blog commente que les vêtements de l’enfant ressemblent aux habits traditionnels des autochtones d’Amérique.

4

J'aurais vraiment peur si je voyais cela sur une de mes photos

Au milieu des années 1950, la famille Cooper venait tout juste d’emménager dans une vieille maison qu’ils venaient d’acquérir. Ils ont décidé de s’y prendre en photo. Ils semblent heureux sur le cliché, sûrement parce qu’ils ne savent pas qu’un invité, soit un homme au visage sans trait, a décidé de venir leur souhaiter la bienvenue en tombant du plafond.

5

Un endroit impossible pour une personne en chair et en os

photo de fantôme

L’utilisateur Reddit RickieOnRadio a publié cette photo prise par sa tante. Celle-ci terminait de donner le bain à son fils et elle le portait d’une main, alors qu’elle tenait son téléphone dans l’autre main pour le prendre en photo.

Il n’y avait personne d’autre dans la maison, et il n’y avait pas de miroir dans cette pièce. L’apparition d’une personne derrière le bébé est donc un mystère.

Encore pire, il n’y avait même pas assez de place dans cette petite pièce pour qu’une personne se tienne debout à cet endroit. Voyez par vous-même avec cette deuxième photo, montrant la toilette.

La pièce où la photo a été prise
Superposition de deux photos, qui montre bien l'endroit où le "fantôme" se trouve par rapport au mur. Il n'y aurait pas de place pour qu'une personne en chair et en os se tienne là.

6

Le chien ne semble pas la remarquer

En 1967, Harry Dack a pris une photo de son petit-fils, dehors derrière sa maison, à Carlin How au Royaume-Uni. Personne ne connait l’identité de la femme qui apparaît sur le cliché, et qui semble regarder le chien Jack Russel que tient dans ses mains le petit-fils de Harry Dack.

7

Le chien de l'enfer

Joe Martinez et son épouse posent pour une photo prise lors d’une fête d’anniversaire, à laquelle aucun chien n’était présent. La réunion de famille semblait normale, mais la photo ne l’était pas. Derrière Joe, un visage effrayant regarde l’objectif. Certains y voient un chien, mais Joe y a vu un démon.

Joe, qui consommait beaucoup de drogue à l’époque, a été tellement bouleversé par l’image qu’il a arrêté de consommer. Il garde toujours la photo avec lui dans son porte-feuille pour se rappeler l’homme qu’il était.

Certains disent qu’il s’agit d’une ombre, autrement dit d’un simple cas de paréidolie. Au lecteur d’en juger.

Qu’est-ce qu’une paréidolie?

Que voyez-vous sur cette photo? Le visage d’un barbu? Regardez encore… 

Ci-dessous, à l’aide de couleurs, vous pouvez voir à gauche le barbu que la plupart des gens voient sur cette photo.
À droite, vous pouvez voir l’homme, la femme et l’enfant qui sont réellement le sujet de cette photo.

paréidolie
paréidolie

La paréidole, c’est la tendance qu’a le cerveau humain à trouver des formes familières dans un motif informe, comme par exemple lorsqu’on s’amuse à trouver des formes dans les nuages. Probablement pour des raisons de survie, le cerveau identifie encore plus souvent des visages que d’autres formes. C’est ce qui fait que beaucoup de gens voient un barbu dans la photo précédente, et c’est aussi ce qui nous fait parfois voir des visages ou des formes que l’on associe à des fantômes ou des être surnaturels sur des photos.

8

La main fantôme

Peaches Geldof a pris un selfie avec son fils dans le bain. Une de ses mains est autour de la taille de son enfant pour le tenir, et son autre main prend la photo. La main qui apparaît dans ses cheveux, près de son visage, n’appartient ni à elle, ni au bébé! 

Peu de temps après qu’elle ait publié cette photo sur Instagram, Peaches est morte d’une overdose d’héroïne.
Peut-être aurait-elle dû prendre l’apparition pour un avertissement et arrêter de consommer, comme l’a fait Joe Martinez.

9

Quand la mort ne sépare pas les amis

La photo ci-dessous, prise par un certain M. Filson, fut soumise en 1927 au British College of Psychic ScienceOn y voit Lady Hehir et sa chienne Tara. 

L’autre chienne de Lady Hehir, nommée Kathal, était décédé six semaines plus tôt. La photo de droite montre Lady Hehir et Kathal. 

Tara était triste depuis la mort de Kathal, car celle-ci était sa compagne de jeux favorite. Mais la petite Kathal ne semblait pas être partie bien loin, puisque sur la photo prise par M. Filson, à l’emplacement de l’arrière-train de Tara, se trouve la tête d’un petit chien. Lady Hehir y reconnait Kathal, ou du moins son fantôme.

« D’ailleurs, a déclaré Lady Hehir aux enquêteurs qui ont étudié l’affaire, je suis convaincue que Kathal se trouve très souvent dans la pièce où je me tiens avec Tara. Cette dernière semble communiquer régulièrement avec elle… »

Lady Hehir avec la petite chienne Kathal
Tara et la fantôme de Kathal

10

La Dame Blanche de l'église de Worstead

En 1975, Diane et Peter Berthelot visitaient Worstead au Royaume-Uni avec leur fils de douze ans. Puisqu’il faisait très chaud, ils sont entrés dans l’église afin d’y trouver de la fraîcheur. Diane en a profité pour faire une prière concernant des problèmes de santé qu’elle avait à l’époque.

Son mari l’a prise en photo alors qu’elle était assise, seule, et qu’elle priait. Lorsque la photo fut développée, les Berthelot ont remarqué l’étrange figure blanche assise derrière Diane dans l’église. La dame blanche semblait être habillée à l’ancienne et porter un bonnet.

L’été suivant, les Berthelot sont retournés à l’église de Worstead et ont montré l’anomalie sur la photo au vicaire, le Révérend Pettit. Celui-ci leur a expliqué que cette église est habitée depuis plus d’un siècle par une Dame Blanche, et que les témoins racontent que c’est un esprit bienfaisant qui aide à la guérison. Malgré une légende locale qui dit que cette Dame Blanche apporte la mort à ceux qui la voient, dans la réalité, elle semble toujours apparaître près de gens en besoin de guérison.

En écoutant l’histoire du Révérend Pettit, Diane s’est tout à coup rappelé à quel point elle était malade à l’époque de leur première visite à Worstead. Elle a aussi réalisé que c’est depuis cette visite qu’elle se sentait mieux.

diane berthelot

11

Elle voulait être dans la photo avec les autres

En 1988, un groupe de vacanciers terminait leur séjour à Maurach en Autriche, et ont décidé de prendre une photo de groupe. L’un d’eux a installé sa caméra sur une table, a programmé le minuteur, et est allé s’installer avec les autres afin d’être dans la photo. Mais, zut! La photo s’est prise sans flash. Le vacancier a recommencé, et s’est assuré cette fois que le flash fonctionnera.

Au moment de regarder les photos développées, le photographe du groupe s’est rendu compte que sur la photo prise sans flash, une personne supplémentaire peut être vue, au centre du groupe. Elle n’apparaît pas dans la photo prise avec flash. De plus, la tête supplémentaire semble être plus près de la caméra que les visages des deux femmes à côté d’elle. Il aurait fallu que cette femme supplémentaire soit assise à l’emplacement de la table pour que la photo fasse du sens. 

Le groupe de vacanciers, interrogés à ce sujet, ont dit unanimement ne rien avoir remarqué de spécial au moment de la prise de vue, et ne pas reconnaître cette femme fantôme qui s’est glissée dans leur groupe.

La photo du haut est celle prise avec flash, et la photo du bas est celle sans flash, qui montre une "tête" de plus dans le groupe.

12

Voyez-vous le fantôme sur cette photo?

À première vue, cette photo prise en 1900 d’un groupe de quinze employées d’une usine de Belfast, en Irlande, paraît normale. 

Mais regardez bien… 

13

"C'est quoi cette chose au fond?"

Voici une photo prise au Musée de Science et d’Histoire Texas’ Fort Worth. Ce cliché a été capturé par l’utilisateur Reddit KRAMERisKRUNK alors qu’il visitait la section pour enfants du musée, avec sa nièce. Une fois à la maison, sa nièce a regardé la photo et lui a demandé « C’est quoi cette chose au fond? »

Ajoutons qu’une employée du musée a confirmé que d’étranges phénomènes s’y produisent régulièrement, comme des objets qui se déplacent.