Quand des objets insolites sont laissés à votre porte

Poupée sans tête trouvée sur le bord de la rue à Festus MO
Photo:Jeffco 411/Facebook

Quand on trouve un objet saugrenu laissé sur le pas de sa porte, on se pose des questions: Qui a laissé ça? Quel était son but? Pourquoi moi?…

Ces larguages d’objets inusités se produisent par vagues, dans une communauté précise, et ne contiennent ni message, ni explication. Ou alors, un message ambigu difficile à comprendre. Parfois, ils sont laissés dans la rues, ou envoyés par la poste. 

Ils sont sans danger? Peut-être, mais certains donnent vraiment la chair de poule.

Qui a commandé une Pizza?

Un homme résidant à Turnhout en Belgique, reçoit régulièrement des livraisons de pizza qu’il n’a pas commandées. Et ce… depuis presque 10 ans!

Jean Van Landegham, 65 ans, n’a jamais accepté ces pizzas. Lorsque l’an dernier, 10 livraisons de pizza ont été refusées dans la même journée, leur total s’élevait à plus de 450€. Et à une autre occasion, une livraison contenait 14 pizzas! Mais comme Jean décline toute cette nourriture, il n’a jamais eu à payer quoi que ce soit. 

Malgré tout, la situation est frustrante. Ces livraisons peuvent se produire la semaine comme les week-ends, à toute heure de la journée. Et même parfois la nuit.

« Je n’arrive plus à dormir, explique Jean. À chaque fois que j’entends un scooter dans la rue, je deviens nerveux car je crains qu’une pizza me soit livrée. »

pizzas
Photo: Hans from Pixabay

L’homme croit qu’il s’agit d’un tour joué par une de ses connaisances, mais il n’a jamais pu trouver qui est derrière la mauvaise blague.

Un voisinage bien garni

Les pizzas proviennent de plusieurs pizzerias des alentours, et Jean reçoit parfois d’autres plats, comme des kebabs.

Mais combien de pizzeria, au juste, y a-t-il dans les environs de Turnhout? Et pourquoi ne se rendent-elles pas compte du problème? Après tout, elles doivent perdre de l’argent à cause de toutes ces livraisons refusées!

L’utilisateur reddit Sukmilongheart explique qu’il habite en Belgique, proche de Turnhout. « Seulement dans mon village, il y a eu dix nouvelles pizzerias qui ont ouvert leurs portes dans la dernière année. (…) Elles n’avaient pratiquement jamais de clients et ont toutes fermé en quelques mois. » (Réf. 10, 11, 12)

Meilleure hypothèse: Ces pizzerias qui poussent comme des champignons pourraient être une façade pour du blanchiment d’argent. De temps en temps, une fausse commande de nourriture serait inscrite pour justifier les rentrées d’argent.

Et pourquoi ces pizzas seraient toutes livrées chez Jean Van Landegham? Son adresse est probablement inscrite dans leur système comme adresse de base. Et lorsqu’une fausse commande serait passée, puisqu’il n’y a pas de réel client, son adresse serait automatiquement inscrite sur la commande. 

L'invasion de poupées

En 2019, un ou plusieurs individus non identifié laissait des poupées à toutes sortes d’endroits dans les municipalités de Festus et de Crystal City, au Missouri: devant un commerce, dans un pot de fleur, sur un panneau de signalisation, ou dans d’autres endroits passants. 

Les habitants publiaient des photos des étranges poupées sur les médias sociaux. Bien qu’ils voyaient là un phénomène sans conséquence grave, ils trouvaient le tout plutôt sinistre. En effet, que penser d’une poupée décapitée laissée sur le bord de la rue, ou encore d’une poupée pendue à un poteau de téléphone? 

Tamara Pruett, une résidente de Festus, explique qu’elle s’est arrêtée pour inspecter un enfant qui semblait pleurer, sous la pluie, contre un lampadaire. « Au début, je n’avais pas réalisé que c’était une poupée », explique-t-elle à la station de nouvelles locale KSDK.

C’est justement cela qui enrage le chef de police de Festus, Tim Lewis. Il explique à la station de nouvelle KTVI: « Dans cette ville, les gens ont bon coeur. Ils vont s’arrêter pour s’assurer que ce n’est pas un enfant. » Le policier craint que ces comportements ne causent des accidents de circulation, ou que les gens se fassent frapper alors qu’ils sortent de leur voiture.

poupée
Poupée avec les mots "Don't Be Hatin!'" (Ne détestez pas!) laissée devant le restaurant Krabby Daddy's à Crystal City, MO

Cette vague de poupées s’est finalement terminée sans que personne ne soit blessé à cause des jouets. (Réf. 3)

Meilleure hypothèse: Expression artistique

La piste des fils à pêche

Au début des années 1990s, des gens ont remarqué que des centaines de fils de nylon avaient été attachés à des poteaux de téléphone près d’une station de train dans la ville de Higashiōsaka, au Japon. Bien que ce phénomène n’était pas dangereux, les gens se questionnaient sur l’origine de ces fils et sur le but de cette démonstration.

L’énigme a été soumise à l’émission de télévision Detective Knight Scoop, un programme qui tente d’élucider des mystères soumis par le public. Le détective de l’émission s’est rendu compte que ces fils formaient une sorte de chemin que l’on pouvait suivre, et en suivant cette piste, il s’est retrouvé près d’une station-service d’où émanait un grand nombre de ces fils à pêche.

Higashiōsaka
Train à Higashiōsaka - Wikimedia Commons

Toutefois, l’enquête s’est abruptement terminée. Un message est apparu à l’écran, expliquant que l’émission de télévision ne traiterait plus de ce sujet dans le futur. Il s’agit de la seule enquête menée par ce programme qui ne fut pas complétée.

Bien que les fils de nylon aient cessé d’apparaître à Higashiōsaka, on ne sait toujours pas qui était derrière ce phénomène. (Réf. 5)

Meilleure hypothèse: Cas psychiatrique dont l’émission de télévision ait voulu protéger l’identité afin qu’il ou elle ne subisse pas de représailles du public.

La "Fée des Télévisions"

tv fairy
La "fée des télévisions" saluant la caméra de sécurité

En Août 2018, un homme portant une télé sur la tête a été filmé par plusieurs caméras de surveillance, alors qu’il déposait de vieilles télévisions à écran cathodique chez les gens, au pied de leur porte, sans explication. Il a largué ainsi une vingtaine de télévisions, toutes dans le même comté de l’état de Virginie. L’été suivant, la « fée des télévisions » a frappé de nouveau, laissant cette fois plus d’une cinquantaine de télévisions dans un autre comté. 

La police du comté d’Henrico a signalé avoir un suspect, soit un homme de 19 ans qui avait été surpris en train de dévaliser un entrepôt contenant des télévisions. Il pourrait faire face à trois chefs d’accusation: déversement de déchets, intrusion, et port d’un masque en public. (Réf. 1)

Meilleure hypothèse: Plaisantains

Un message codé à l'épicerie

En 2020, plusieurs habitants de Pennsylvanie ont eu la surprise de trouver un étrange message photocopié, glissé dans des items qu’ils avaient achetés à l’épicerie: dans une boîte de mélange à gâteau, de macaroni au fromage ou de préparation pour boisson, par exemple.

Sur le message, on peut lire en gros le mot « mensonges », suivi d’un paragraphe obscur parlant de sociétés secrètes, de terrorisme et de célébrités. Rempli d’abbréviations et de mots entre parenthèses, le texte est difficile à comprendre. Bien que la plupart des gens croient qu’il a été écrit par une personne dérangée, certains pensent qu’il s’agit sérieusement d’un message codé. 

Plusieurs résidents locaux affirment que le phénomène existe depuis plusieurs années.

message
Message obscur trouvé dans des items à l'épicerie

Plus de peur que de mal

Une femme de Pennsylvanie a trouvé ce message dans une boîte de tylenol pour enfants. Seulement, elle avait déjà ouvert la boîte et donné du tylenol à son fils avant de remarquer le bout de papier. En le lisant, elle a craint que le médicament n’ait été empoisonné, et a contacté le centre anti-poison.

Au bout du compte, le tylenol n’avait pas été touché, et la note n’avait été que bêtement glissée dans la boîte. Son enfant se porte bien. (Réf. 4)

Meilleure hypothèse: Quelqu’un qui veut révéler une théorie du complot tout en restant anonyme.

L'obsession des touffes de cheveux

En pleine rue

En 2019, un quartier de Santa Barbara, en Californie, s’est retrouvé avec une énigme singulière: des touffes de cheveux étaient larguées par terre en pleine rue, sans que qui que ce soit n’en comprenne l’origine. De couleurs variées, les touffes contenaient une quantité significatives de cheveux, et elles étaient attachées par de la ficelle ou de la corde. (Réf. 6)

Cette anecdote farfelue n’est pas la seule occasion où des bouquets de cheveux se sont retrouvés au centre d’une affaire. Des décennies plus tôt, une vague beaucoup plus sinistre avait frappée le Mississippi: c’est l’histoire du Barbier Fantôme.

Le Barbier Fantôme

En 1942, des résidentes de Pascagoula, au Mississippi, ont été prises d’horreur lorsqu’au réveil, elles se sont aperçu qu’une touffe de leurs cheveux était manquante. Celle-ci avait été coupée pendant leur sommeil, sans même qu’elles ne s’en rendent compte.

Les victimes étaient toutes de sexe féminin. Le « barbier fantôme », comme il avait été surnommé par la presse de l’époque, coupait le moustiquaire de la fenêtre d’une chambre à coucher, s’introduisait sans bruit par cette fenêtre et prélevait un bouquet de cheveux sans faire de mal à sa victime, et sans voler quoi que ce soit d’autre dans la maison. La plupart de ses victimes étaient blondes.

La jeune Mary Evelynn Briggs serait la seule victime à s’être réveillée au moment des faits. Elle raconte: « J’ai vu la silhouette d’un homme gras, plutot petit, qui se penchait au-dessus de moi avec un objet luisant dans la main, alors qu’il jouait dans mes cheveux. Lorsqu’il a vu que j’avais les yeux ouverts, il m’a fait « Chhhhut! »… j’ai alors crié et il a sauté par la fenêtre. »

Mary Evelyn Briggs
Mary Evelyn Briggs et sa soeur Laura – The San Francisco Examiner (San Francisco, California) - Dimanche le 30 Août 1942 - Newspapers.com

Un Modus Operandi différent

Lorsque les familles de Pascagoula ont appris ce qui se passait, une véritable panique s’est installée dans la ville. Bien que le geste de prendre une mèche de cheveux puisse sembler inoffensif, il était terrorisant pour les habitants de penser qu’un homme pouvait s’introduire dans une de leurs chambres à coucher en pleine nuit. Les demandes de permis de port d’arme ont fait un bond. Les gens marchaient dans la rue par paire et refusaient de sortir la nuit. La police prenait la menace au sérieux et utilisait des chiens pisteurs pour tenter de pincer le coupable.

Lorsqu’un homme s’est introduit chez les Heidelberg et a frappé le couple avec une barre de fer, la police a considéré qu’il s’agissait d’une attaque du Barbier Fantôme, même si le modus operandi était complètement différent. Qu’à cela ne tienne, ils ont arrêté un homme en lien avec ce crime et ont déclaré avoir mis le barbier sous les barreaux. La population s’est calmée, et le Barbier Fantôme n’a plus frappé. (Réf. 7, 8)

Meilleure hypothèse: Il se pourrait qu’un homme ayant une obsession fétichiste envers les cheveux décide d’aller les récolter directement sur la tête des femmes. Ajouter du danger à son obsession lui donnerait une plus grande satisfaction. Effrayant…

Une communauté dans les patates

puree de pommes de terre
Photo prise par un habitant de Jackson, montrant la purée de pommes de terre laissée dans sa boîte aux lettres

En 2019, la petite communauté de Jackson au Mississippi a été aux prises avec une vague de plats de purée de pommes de terre laissés un peu partout : sur une voiture, sur un perron, dans une cour avant, dans une boîte aux lettres, accroché à une porte d’entrée. Le donneur de patates n’a jamais été filmé sur caméra de surveillance. La vague a duré plusieurs mois, sans vraiment avoir de conséquence.

Les résidents de Jackson ne savaient pas quoi penser de ce phénomène insolite. Était-ce les actions d’un joueur de tour, ou de quelqu’un qui avait régulièrement des restes de table? 

La police n’a pas été alertée par les résidents, et il semblerait que les pommes de terre n’aient pas été testées pour savoir si elles contenaient du poison. (Réf. 2)

Meilleure hypothèse: Tentative d’empoisonner les animaux domestiques du quartier.

Le mystère des tuiles Toynbee

toynbee tile
Une tuile Toynbee - Wikimedia Commons (Erifnam)

Au début des années 1980, de curieux messages ont commencé à apparaître, collés à l’asphalte des rues de Philadelphie, en Pennsylvanie. Ces messages exposaient le concept énigmatique de ressusciter des morts sur la planète Jupiter, et mentionnaient le film 2001, l’Odyssée de l’espace, et le nom Toynbee. 

Ces tuiles, surnommées « les tuiles Toynbee », se sont multipliées, et des centaines d’entre elles ont été signalées dans plusieurs autres grandes villes américaines. Elles ont continué à apparaître durant les années 1990, et au début des années 2000.

Elles sont faites à la main, d’un assemblage de morceaux de linoléum colorés, de colle et de papier goudronné. Elles se retrouvent collées à l’asphalte de la rue par l’effet de la chaleur et de la pression du poids des voitures qui circulent sur elles. Solides, elles durent des années, en dépit du fait qu’elles soient souvent placées sur des artères importantes.

Mais malgré une tentative évidente de vouloir faire passer un message au public, l’auteur (ou les auteurs) de ces tuiles reste anonyme, et refuse de sortir de l’ombre pour expliquer plus en détail son projet de colonisation de Jupiter.

tuile toynbee
Une tuile Toynbee

Copycats

Depuis plusieurs années, des copycats apparaissent aussi. Contrairement aux tuiles originales, qui semblent avoir pour but de faire passer une idée à la population, les copycats sont plutôt des expressions artistiques, ou des messages politiques. 

Des tuiles Toynbee en Amérique du Sud

Plusieurs tuiles Toynbee sont apparues dans de grandes villes d’Amérique du Sud, et l’une d’elle, installée à Santiago au Chili, contenait une adresse à Philadelphie, aux États-Unis. L’homme qui réside à cette adresse affirme ne rien connaitre de cette histoire, et il est irrité par tous ces curieux qui viennent cogner à sa porte en référence aux tuiles Toynbee. Personne ne sait pourquoi cette adresse en particulier était indiquée sur une tuile.

Quel est le message des tuiles Toynbee?

La plupart des messages sur les tuiles commencent par les deux mots « Toynbee idea », ce qui veut dire: « l’idée de Tolynbee ». Mais qui est Toynbee, et quelle était son idée? Deux hypothèses circulent à ce sujet. La première: cela pourrait être une référence au philosophe et historien Arnold Toynbee (1889-1975), qui avait émis l’hypothèse que des particules humaines pourraient être ramenées à la vie. 

La deuxième hypothèse: certains croient que le créateur des tuiles fait référence à une nouvelle écrite par Ray Bradbury, intitulée « The Toynbee Convector ». Cette nouvelle raconte qu’un prétendu voyageur du temps inspire les gens du présent à se construire un avenir utopique.

Les tuiles mentionnent aussi le film 2001, l’Odyssée de l’espace, réalisé par Stanley Kubrick. Dans ce film, le protagoniste principal voyage vers Jupiter.

En résumé, l’auteur des tuiles Toynbee semble nous suggérer l’idée de ressusciter des humains décédés tel que l’avait envisagé Arnold Toynbee, afin de coloniser la planète Jupiter. 

Qui pourrait être l'auteur des tuiles Toynbee?

Il est fort probable que les tuiles originales soient l’oeuvre d’un seul artiste. L’écriture reste la même d’une tuile à l’autre, et certaines font référence à l’idée d’être seul. Par exemple, sur la tuile ci-contre, on peut lire « I’m only one man », signifiant « je ne suis qu’un seul homme », et plus haut, le mot « Alone », signifiant « seul ».

La piste Morasco

Dans les années 1980, plusieurs lettres ont été envoyées par un certain James Morasco à quelques journaux de Philadelphie. Elles faisaient référence à cette idée de ressusciter des morts sur la planète Jupiter. Plusieurs « détectives en herbe » croient qu’il s’agit de l’auteur des tuiles, mais des tentatives pour retracer ce James Morasco se sont révélées infructueuses, les hommes de ce nom habitant Philadelphie étant décédés alors que des tuiles continuaient à être créées. 

tuile toynbee
Une tuile Toynbee qui mentionne "I'm only one man", et "Alone"

Toutefois, les lettres envoyés aux journaux pourraient avoir réellement été écrites par le créateur des tuiles, celui-ci ayant alors utilisé James Morasco comme nom d’emprunt.

La piste Verna

En 2011, un documentaire du nom de « Resurrect Dead: The Mystery of the Toynbee Tiles » est sorti, relatant l’histoire des tuiles Toynbee. Justin Duerr, l’auteur du documentaire, croit que l’artiste derrière les tuiles est Severino Verna, un habitant de Philadelphie plutôt solitaire. Duerr explique que dans les rues près de la résidence de Verna, on retrouve plusieurs mini-tuiles Toynbee, qui semblent avoir servi de prototype pour tester son invention. Il s’agit, pour l’instant, de la meilleure hypothèse. (Réf. 13, 14, 18, 19, 20)

Recevez-vous des graines mystérieuses par la poste?

graines envoyées par la poste

Depuis mai 2020, des milliers de résidents des États-Unis, du Canada et du Royaume-Uni rapportent avoir reçu par la poste un petit sachet de graines qu’ils n’avaient pas commandées. Les graines arrivent sans explication, et sont adressées au nom et prénom de la personne habitant à cette adresse. La plupart de ces sachets proviennent de la Chine, de Taïwan ou de Zambie.

Lori Culley, une résidente de l’Utah aux États-Unis, a reçu un de ces envois. L’étiquette sur le paquet mentionnait qu’il contenait des boucles d’oreilles, et montrait clairement que l’envoi provenait de Chine. « Mais je l’ai ouvert, et il contenait des graines, explique-t-elle. De toute évidence, ce n’était pas des bijoux! »

Lori a d’abord cru que l’envoi avait été livré à une mauvaise adresse, mais en parlant de cette anecdote sur les médias sociaux, elle s’est rendue compte que 40 autres résidents locaux avaient reçu un envoi similaire.

Certains gouvernements ont demandé à la population de ne pas planter ces graines, mais de plutôt les envoyer à une agence gouvernementale. Des tests ont démontré que les graines provenaient de plantes d’ornement, de fruits, de légumes ou d’herbes, autrement dit de plantes plutôt ordinaires. (Réf. 9, 15)

Meilleure hypothèse: Ces graines pourraient être envoyées à de vraies adresses afin de justifier un commentaire positif frauduleusement ajouté à un produit vendu sur un site tel Amazon. Le message apparait alors en tant que commentaire « vérifié », puisque le site croit qu’il a été écrit par un acheteur du produit.

Mais au lieu d’envoyer leur produit réel (comme des boucles d’oreille par exemple), les escrocs envoient un sac de graines qui pèse pratiquement le même poids que leur produit, et qui coûte deux fois rien. 

Un clown à votre porte

En 2016, une vague de clowns terrifiants a déferlé dans les manchettes: des clowns étaient aperçus près des écoles, dans des parcs, sur des routes la nuit, et ont parfois suivi des personnes qui, effrayées, ont demandé l’aide de la police. Des arrestations ont été faites. Des clowns ont été signalés dans plusieurs pays: aux États-Unis, au Canada, en France et au Royaume-uni.

À Jacksonville, en Floride, un clown a été filmé par une caméra de surveillance en train de déchiqueter une citrouille, tout en regardant la caméra droit dans les yeux. Comme pour intimider les résidents. Que penser lorsqu’un clown sinistre vient laisser un tel « cadeau » à votre porte? (Réf. 16, 17)

Meilleure hypothèse: Un ami de la famille qui profite de la vague de clown de 2016 pour faire une blague.

Et vous, quelle est votre hypothèse pour expliquer ces larguages d’objets inusités? Inscrivez votre commentaire au bas de la page!

Les mystérieuses hystéries collectives

Une maladie qui affecte un groupe de façon soudaine;

Les symptomes physiques sont bien réels;

Mais la cause est imaginaire…

La maladie du scarabée

En 1962, une rumeur a commencé à circuler dans une usine de textile américaine. La rumeur disait qu’un insecte piquait les gens dans l’usine et les rendait malades. Rapidement, certains travailleurs ont commencé à ressentir des engourdissements, des nausées, des vertiges et des vomissements. En tout, 62 employés ont développé cette maladie mystérieuse, et certains ont été hospitalisés. 

L’insecte rendait-il les gens malades? Non! Même si certains travailleurs ont pu être piqués par l’insecte, celui-ci ne donnait pas de maladie, et l’anxiété était la cause des symptômes. Des médecins, ainsi que le US Public Health Service Communicable Disease Center, ont conclu qu’il s’agissait d’un cas d’hystérie collective. 

Définition de l'hystérie collective

L’hystérie collective, c’est lorsque des symptômes de maladie se propagent rapidement d’une personne à l’autre, sans qu’il y ait de cause virale, bactérienne, ou toxique. En fait, la seule cause, c’est la suggestion émotionelle. La « maladie » se transmet par contact visuel ou sonore pendant une période limitée.

"Le diagnostic d'hystérie collective ne peut être retenu qu'après avoir éliminé toute autre pathologie pouvant expliquer l'apparition de ces manifestations. La première hypothèse envisagée concerne l'intoxication : vapeurs de peinture, toxines alimentaires. Quand une enquête approfondie permet d'éliminer le rôle de l'environnement, le diagnostic d'hystérie collective peut être alors évoqué."
plague

Pour nous compliquer la vie, les experts ont inventé une panoplie de termes différents pour décrire la même chose… Au fil de vos lectures, vous pourrez donc tomber sur ces différents termes, ils veulent tous dire « hystérie collective »:

  • Hystérie de masse
  • Syndrome psychogène
  • Phénomène psychogénique de masse
  • Psychose collective
  • Réaction de stress collective
  • Hystérie épidémique de masse
  • Maladie sociogénique de masse

Cas déclencheur

Il y a toujours un cas « déclencheur », quelqu’un qui ressent les malaises le premier. Celui-ci va parfois évoquer lui-même un facteur catalyseur: odeur de gaz par exemple. Ensuite, un témoin visuel ou auditif est pris à son tour des mêmes symptômes. Un autre s’en suit, puis un suivant. Les incidents comptent parfois des centaines d’individus atteints.

La paralysie du bras gauche

Février 1907, Londres (Royaume-Uni). Une écolière atteinte d’une paralysie infantile du bras gauche, se fractura le bras droit. Plusieurs semaines après l’événement, elle retourna en classe, et en quelques jours, trois enfants avaient perdu l’usage de leur bras gauche. Une quatrième élève avait tellement mal au bras gauche qu’elle le tenait coincé sur le côté de son corps et refusait de s’en servir.

L'anxiété, un terrain propice à l'hystérie collective

Une forte anxiété ressentie par le groupe est de toute évidence un terrain propice au déclenchement d’un épisode d’hystérie de masse. Cette anxiété peut avoir diverses origines, comme des conflits sur le lieu de travail, la présence d’un facteur environnemental gênant dans le bâtiment, une discipline sévère dans une école, ou une guerre imminente dans le pays. 

Le stress des enfants réfugiés

Depuis le début du 21ème siècle, il arrive communément que des enfants réfugiés en Suède tombent dans une sorte de coma en apprenant que leur famille sera déportée. Cette condition a reçu le nom de « syndrome de résignation » (en Suédois: uppgivenhetssyndrom), et elle n’existerait que parmi la population de réfugiés de ce pays. Les spécialistes déclarent qu’un certain degré de contagion psychologique est inhérent à la maladie, qui se propage alors aux jeunes parents et amis de l’individu affecté, qui se mettent à leur tour à souffrir de la condition.

Caractéristiques courantes de l'hystérie collective

L’hystérie de masse se différencie de toute autre forme d’hallucination collective par la présence de symptômes physiques. C’est une condition qui est encore mal comprise par les experts médicaux. 

Lorsqu’un incident d’hystérie collective se déclenche, on retrouve généralement les caractéristiques suivantes:

  • Symptômes sans cause organique;
  • symptômes temporaires et bénins;
  • apparition rapide des symptômes, et souvent, récupération rapide;
  • se produit dans un groupe clos;
  • présence d’une forte anxiété;
  • les symptômes se propagent par la vue, le son, ou la communication orale;
  • la propagation suit l’échelle d’âge ou de statut, commençant par l’élève le plus vieux par exemple;
  • il y a plus de femmes que d’hommes qui en sont atteintes.

Cette liste de caractéristiques communes est seulement un guide pour repérer un incident, et il est fort possible qu’un cas d’hystérie de masse ne comportent pas tous ces éléments. Par exemple, certaines épidémies n’affectent que les hommes.

La fièvre du pénis de Singapour

Une panique pénienne est une hystérie collective au cours de laquelle des membres masculins d’une population ressentent soudainement la conviction que leurs organes génitaux sont en train de rétrécir ou de disparaître complètement à l’intérieur de leur abdomen. Bien que des incidents surviennent un peu partout dans le monde, ils sont plus fréquents en Asie. Parfois, il en résulte des blessures lorsque les hommes atteint de la panique utilisent des objets comme des adhésifs, des lignes à pêche, des aiguilles, des crochets ou des lacets pour prévenir la disparition de leur pénis.

Une épidémie majeure a eu lieu à Singapour en 1967, affectant des milliers d’hommes. La suggestion émotive, dans ce cas, provenait d’une rumeur selon laquelle le vaccin contre la fièvre porcine ferait disparaître les organes génitaux des hommes.

Caractéristiques des victimes

Qu’est-ce qui fait qu’un individu dans un groupe soit affecté par l’épidémie, et qu’un autre individu ne le soit pas? Les différentes recherches sur le sujet ne cernent aucune caractéristique sociale, psychologique ou physique qui rendraient certaines personnes plus prédisposées à la condition.

"Il semble évident qu'il n'y a pas de prédisposition particulière aux maladies sociogéniques de masse et que c'est une réaction comportementale que tout le monde peut manifester dans les bonnes circonstances."
Bartholomew et Wesseley
Auteurs d'une étude sur l'hystérie de masse publiée dans le Journal Britannique de Psychiatrie

Le vol de l’enfer

Septembre 2018. Lors d’un vol de 14 heures entre Dubaï et New York, des passagers affichent certains symptômes, comme des éternuements et de la toux. Mais les malaises se propagent, et certaines victimes développent de la fièvre et des vomissements. En tout, 106 des 521 passagers sont atteints. Après avoir été avertis de l’épidémie par le pilote, le U.S. Centers for Disease Control and Prevention met l’avion en quarantaine dès qu’il arrive à New York. Les passagers sont évalués un par un, et 11 d’entre eux sont envoyés à l’hôpital. Au final, quelques passagers du «vol de l’enfer» étaient atteints de rhume ou de grippe, et les autres se sont mis à croire qu’ils étaient malades après avoir observé ceux qui les entouraient.

Rechutes

Il arrive qu’un épisode d’hystérie de masse se tempère, pour ensuite faire une rechute. C’est pourquoi certains experts suggèrent de parler le moins possible de l’événement. Par exemple, lors d’un épisode d’hystérie collective survenu dans une usine de Singapour, un homme médecine a été appelé pour procéder à un exorcisme. Il semble que cette performance n’ait fait que prolonger l’épidémie. Une couverture médiatique intense peut aussi empirer l’épisode d’hystérie. 

Les hystéries de Bâle

1892, Groß Tinz (Pologne). La main droite d’une fillette âgée de dix ans a commencé à trembler, et ce tremblement a évolué en crises d’épilepsie. La maladie s’est propagée à 19 autres étudiants. La même année, une épidémie semblable a affecté 20 élèves à Bâle, en Suisse. Douze ans plus tard, soit en 1904, l’école de Bâle a connu une autre épidémie, qui a touché 27 élèves cette fois. La légende locale entourant le premier événement aurait joué un rôle dans le déclenchement de celui de 1904.

Influences culturelles

Les manifestations des symptômes chez les victimes d’hystérie collective sont influencées par la culture et les croyances de l’époque. Durant le Moyen-Âge et la Renaissance, une époque où l’on craignait le diable et la sorcellerie, de nombreux cas d’épidémie de possessions démoniaques avaient lieu dans les couvents d’Europe. Depuis le 20ème siècle, les cas d’hystérie collective présentent souvent des symptomes liés à la peur d’un gaz toxique, d’une odeur malsaine, ou d’une attaque bactériologique, ou encore à la peur d’une contamination de l’eau ou de la nourriture, ce qui reflète les anxiétés modernes.

Des fraises trop sucrées

Mai 2006. Au Portugal, plus de 300 élèves provenant de 14 écoles ont été affectés par une difficulté à respirer, des éruptions cutanées et des vertiges. Certaines écoles ont été forcées à fermer temporairement. L’épidémie a commencé après la diffusion d’un épisode de la populaire série télé pour adolescents Morangos com Açúcar (Fraises au sucre). Dans cet épisode, les personnages de la série étaient atteints d’un virus qui mettait leur vie en danger, et présentaient justement ces symptômes. L’Institut National Portugais des Urgences Médicales a finalement qualifié la maladie d’hystérie de masse. Plusieurs parents ont manifesté leur inquiétude face à l’influence majeure de cette série sur les enfants et les adolescents qui la regardaient.

Morangos com Açúcar
Morangos com Açúcar

Les hystéries collectives à travers l'histoire

Ce n’est pas un phénomène nouveau. Il existe des douzaines de cas répertoriés à partir de documents historiques décrivant des épidémies d’hystérie de masse. Dans l’Europe médiévale et durant la Renaissance, des épidémies de danses frénétiques se produisaient dans certaines villes. Les victimes dansaient sans pouvoir s’arrêter, certaines allant jusqu’à mourir d’épuisement.

Entre le 15ème et le 19ème siècle, des doctrines religieuses strictes dirigeaient la vie dans les couvents d’Europe. Certaines jeunes filles, contraintes de rejoindre les ordres par la pression des membres de leurs familles, devaient suivre une discipline sévère, enfermées dans un lieu clos avec d’autres nonnes. Les couvents les plus stricts ont vu naître des douzaines d’épidémies de possessions démoniaques.

Quand les religieuses miaulent et jappent

En 1491, dans un couvent français, un groupe de religieuses atteint d’une hystérie de masse, tombaient en état de crise, jappaient comme des chiens et prédisaient l’avenir. En 1560, c’est en Espagne que des nonnes bêlaient comme des moutons, déchiraient leur voile et étaient prises de convulsions dans l’église. Dans un couvent français, des nonnes miaulaient ensemble tous les jours à une certaine heure, et cela durait des heures, au grand désarroi des voisins.

Pendant cette période, on considérait certains animaux comme de potentiels amis de démons, et les gens croyaient que ces animaux avaient la capacité de posséder des êtres humains. En France, les chats étaient méprisés pour cette raison, expliquant peut-être les «religieuses qui miaulaient». 

Un dernier cas hilarant

Il existe des centaines de cas d’épisodes d’hystérie de masse, cet article n’en couvre que quelques-uns. Terminons par un cas des plus intéressants:

L’épidémie de rire du Tanganyika

C’était en 1962, dans ce qui est aujourd’hui la Tanzanie moderne. On ne sait pas ce qui a déclenché cette épidémie d’hystérie de masse, mais on sait que dans un pensionnat, un petit groupe d’étudiants s’est mis à rigoler. Le rire est devenu contagieux, au point où l’école a dû fermer. De retour chez eux, les enfants l’ont donné à leurs familles, et les parents l’ont transmis aux alentours. D’autres écoles et d’autres village ont été touchés. Des milliers de personnes riaient sans contrôle. Les crises de rire frappaient un individu par période, et elle étaient accompagnées de divers autres symptômes: douleurs, évanouissements, problèmes respiratoires, éruptions cutanées et crises de pleurs. Environ dix-huit mois après son apparition, le phénomène s’est éteint. 

Références

  1. Hordé, Pierrick.- Diagnostics incroyables.- Éditions Flammarion, 2013.
  2. Sousa, Alain.- Les syndromes psychogènes : connaissances acquises et études de cas, « Bulletin épidémiologique Hebdomadaire », Numéro thématique, Institut de Veille Sanitaire, avril 2007.
  3. Mass psychogenic illness, Wikipedia
  4. Top 10 Bizarre Cases of Mass Hysteria, ListVerse
  5. Children hospitalised with mass hysteria, ‘mysterious bruises’ and a ‘Mexican demon’: How a video in the Dominican Republic spawned the ‘satanic’ Charlie Charlie game sending teenagers into a panic across the world, Daily Mail
  6. Au secours, mon pénis rétrécit !, Marianne
  7. Bartholomew et Wessely.- Protean nature of mass sociogenic illness.- Publié dans le British Journal of Psychiatry, 2002.