L’incident ufologique de Varginha, au Brésil

En 1996, des observations d’OVNI, des rencontres avec des créatures étranges et des opérations militaires inhabituelles
s’accumulent dans la ville de Varginha, et forment un des dossiers les plus célèbres de l’ufologie brésilienne. 

varginha

Varginha est une ville industrielle du Brésil d’environ 100 000 habitants, située à 330 km au Nord-Est de Rio de Janeiro. Dans la nuit du 12 au 13 janvier 1996, la ville dormait paisiblement, sans se douter que dans quelques heures, une série d’événements insolites allait se déclencher et troubler les habitants.  

Partie 1: Les OVNIs

OVNIs détectés par radar

13 janvier, au matin
Cette histoire a commencé au moment où NORAD a remarqué un ou plusieurs objets non identifiés volant en direction de l’espace aérien américain. Une fois qu’ils eurent quitté le ciel des États-Unis, ils se sont dirigés vers le Brésil. NORAD a immédiatement contacté les autorités brésiliennes. Plusieurs jets ont reçu l’ordre d’intercepter les objets aériens. Les radars brésiliens ont confirmé l’existence d’un ou plusieurs engins non identifiés se dirigeant vers la province de Minas Gerias, plus précisément dans le secteur de la ville de Varginha. 

Selon l’ufologue Claudeir Covo, un officier de l’armée lui aurait confié que « environ 40 objets non identifiés ont été enregistrés sur les radars brésiliens en janvier 1996. »

Un crash d'OVNI

13 janvier, au matin
Carlos de Souza, un homme d’affaire et pilote d’ultraléger, roulait sur l’autoroute lorsqu’il a vu un engin en forme de cigare voler à environ 120 mètres au-dessus de l’autoroute, faisant un bruit étrange. L’engin avait des fenêtres sur le côté, et semblait avoir un gros trou irrégulier sur le devant. Une lézarde courait depuis ce trou jusqu’au centre de l’engin, et une fumée en sortait. L’OVNI volait plutôt lentement, en direction du Nord, et s’est finalement écrasé quelque part entre Varginha et la ville voisine, Três Corações.

De Souza essaya de trouver le site du crash, conduisant avec son camion sur des chemins de terre. Après environ 20 minutes de recherche, il trouva un grand secteur sur lequel s’étalaient des débris, et il fut surpris de constater que l’armée et la police militaire étaient déjà sur les lieux, entourant le site du crash avec un hélicoptère, une ambulance, deux camions, plusieurs voitures et environ 40 soldats armés. Les débris semblaient être des pièces de métal gris. De Souza n’a pas vu de victimes. Un des soldats lui a demandé de quitté le lieu et de ne pas parler de ce qu’il venait de voir. 

Il est clair que de Souza a désobéi a la consigne de silence, puisque son témoignage se retrouve dans plusieurs livres et magazines, et ce, dans plusieurs pays. Plus tard, il recevra des menaces de la part d’étrangers dans le stationnement d’un restaurant.

OVNI près d'une ferme

20 janvier, dans la nuit
Vers 1 heure du matin, dans une ferme juxtaposée à l’autoroute, Oralina de Freitas et son époux Eurico entendirent un tapage à l’extérieur. Jetant un coup d’oeil par la fenêtre, Oralina constata qu’il s’agissait du bétail qui s’affolait, courant et paniquant. C’est alors qu’elle remarqua un engin passer dans le ciel. « C’était un gros objet gris qui émettait de la fumée. Il n’avait pas de lumière et ne faisait aucun bruit. »

Elle appela son mari et tous les deux regardèrent passer l’objet pendant environ 40 minutes. « L’engin était très bas, et se rapprochait de plus en plus du sol, a expliqué Eurico. C’était de la grosseur d’un autobus, avec des choses qui bougeaient. Il recouvrait tout de fumée, une fumée claire. »

Eurico et Oralina montrant où ils ont vu l'objet volant

S'agit-il du même OVNI?

Il y a des ressemblances évidentes entre l’engin aperçu par de Souza au-dessus de l’autoroute, et celui observé par Oralina et Eurico, au point où on peut se demander s’il s’agit du même OVNI. Toutefois, les dates diffèrent. De Souza a fait son observation le samedi 13 février, alors que le couple a vu un OVNI le samedi suivant, le 20 janvier.

Certains chercheurs croient qu’un des témoins s’est trompé de date, et que les deux événement n’en forment qu’un seul, qui se serait produit tôt le matin du même samedi. Interrogés à ce sujet, les trois témoins restent fermes quant à la date donnée, et quant aux détails de leur témoignage.

Il semblerait donc qu’il y ait eu deux crash d’objets non identifiés près de Varginha en janvier 1996.

Encore plus d'OVNIs

Entre le 24 janvier et le 21 avril
Dans les mois qui suivirent, plusieurs autres observations d’OVNIS furent enregistrées à Varginha, à Passos, à Três Corações et dans d’autres villes du sud du Minas Gerais.

Mai 1997
Au printemps de l’année suivante, des OVNIs étaient observés tous les soirs peu après le coucher du soleil, au-dessus de Ribeiro Branco, une petite ville située à 350km de Sao Paulo. 

Partie 2: Les créatures non identifiées

Dans la journée du 20 janvier 1996, plusieurs témoins ont vu des créatures qu’ils décrivent tous à peu près de la même façon. Elles faisaient environ 1 m de hauteur. Elles avaient des yeux rouges et une peau huileuse et brunâtre. Elles avaient trois protubérances sur le front, et à l’endroit où il y aurait normalement dû y avoir une bouche, il n’y avait qu’un petit trou qui faisait un son étrange semblable au bourdonnement d’un essaim d’abeilles. 

Toutes ces observations ont eu lieu dans la ville de Varginha.

La créature dans les bois

20 janvier, au matin
Entre 8 h et 9 h 30, un groupe de passants a aperçu un « animal » étrange qui se promenait dans une zone boisée située à environ 2 km du centre-ville de Varginha. Puis, une femme a vu trois adolescents lancer des pierres sur la créature pour tenter de susciter une réaction. Elle leur a ordonné d’arrêter, et elle a appelé les secours.

Les pompiers se sont rendus sur les lieux vers 10 heures. Ils ont découvert une créature accroupie qui semblait blessée. Les pompiers l’ayant capturée, un camion de l’armée en provenance de l’Escola de Sargento das Armas (ESA – École Militaire de Sergents) est arrivée pour la prendre en charge. Le siège de l’école est situé dans la ville voisine, Três Corações. La créature a été placée dans une boîte, sous un drap à l’arrière du camion, et conduite au loin.

statue varginha

Le joggeur

20 janvier, dans l’après-midi
Vers 14 heures, un joggeur qui passait près du boisé dans le district Santana de Varginha, a vu sept soldats armés en formation entrer dans les bois. Quelques minutes plus tard, il a entendu trois coups de feu. Peu après, les soldats sont sortis du boisé, deux d’entre eux portant de gros sacs. Un des sacs contenait quelque chose qui bougeait encore. Les deux sacs ont été placés dans le camion de l’ESA, qui est ensuite parti vers une destination inconnue. 

Trois filles rencontrent une créature

20 janvier, dans l’après-midi
Il était environ 15 heures. Kátia Andrade Xavier, 22 ans et les deux soeurs Liliane de Fátima Silva, 16 ans, et Valquíria Aparecida Silva, 14 ans, se rendaient chez elles à pied. Normalement, elles prenaient toujours le même chemin, mais cette fois, elles avaient opté pour un raccourci à travers un terrain vague. 

En passant près d’un mur, Kátia a subitement crié de terreur. Se demandant ce qui avait effrayé leur amie, les deux autres jeunes filles ont tourné leur regard vers le mur et y ont aperçu une créature bizarre. Accroupie contre le mur, la créature tourna la tête vers elles et les regarda. 

« Cette chose était brunâtre, décrit Kátia. Elle n’était pas grande. Elle était accroupie, mais on voyait bien qu’elle était petite. J’avais l’impresion qu’elle était détrempée, avec une peau lisse et des yeux rouges qui nous fixaient. Ce ne pouvait pas être un humain, ni un animal.” 

Valquíria, Liliane et Kátia
Valquíria, Liliane et Kátia

La créature avait une grosse tête, disproportionnée par rapport à son corps, et des pieds en forme de V. Il y avait des marques sur sa peau qui ressemblaient à des veines, et des protubérances sur sa tête. 

“Ses bras étaient très minces, et ses yeux étaient comme deux billes rouges”, a décrit Valquíria.

La créature semblait à la fois désorientée et souffrante. Sa tête oscillait de façon alarmante.

varginha

Après avoir observé la chose pendant quelques secondes, les filles sont partie à la course. Elles se sont retournées une dernière fois et ont vu que la créature était toujours au même endroit. Elles se sont rendues chez elles. La mère de Liliane et de Valquíria était dans une boutique tout près, et elle a accouru pour retrouver ses enfants.

Kátia montrant l'endroit où elle a vu la créature

« Ensuite, j’ai dit: Maman, j’ai vu le diable », expliqua Liliane. « Elle m’a répondu: si le diable t’est apparu, il va apparaître pour moi aussi. » Et la mère des filles entrepris d’aller voir par elle-même. 

Lorsqu’elle rejoint le terrain vague, accompagnée par Kátia, cela faisait à peine 25 minutes que la rencontre avait eu lieu. Mais il n’y avait plus rien à cet endroit, sauf une tache sur le sol, des traces de pas et une forte odeur d’ammoniaque. Un maçon qui travaillait tout près leur a dit que des pompiers étaient venus capturer « cet animal bizarre ».

Le Dr John E. Mack a interrogé personnellement les trois jeunes femmes et il est convaincu de leur sincérité. Il a conclu que toutes les trois souffrent d’un traumatisme suite à cette rencontre. Il a déclaré: “Si je me trompe, je ferais mieux de déchirer mes diplômes.” 

Les trois filles n’ont jamais affirmé que la créature qu’elles avaient vue était un extraterrestre. Sans jamais la définir, elles expliquaient simplement qu’elles ne savaient pas d’où la créature venait. Lors des nombreuses entrevues qu’elles ont données, elles ont toujours dit les mêmes détails de la même façon et n’ont jamais renié l’histoire.

La tempête

20 janvier, fin de l’après-midi
Vers 18 heures, une violente tempête de pluie, accompagnée de grêle, a frappé la ville. 

Différents témoins avaient décrit des traces de pas dans les bois ressemblant à une main humaine ouverte en forme de V. Toutefois, la tempête a effacé ces empreintes.

Capture d'une créature par deux policiers

20 janvier, vers 20 heures
Sur la rue Benevenuto Braz Vieira, la même rue où les trois filles avaient vu une créature accroupie contre un mur, deux policiers militaires voient quelque chose d’étrange passer devant leur voiture de patrouille. Un des policiers, Marco Eli Chereze, est sorti pour capturer la chose, quelle qu’elle soit. Sans gants, et sans équipement de sécurité, il a capturé la créature et l’a mise sur le siège arrière de la voiture. Durant l’altercation, il s’est fait blesser au bras.

Les deux policiers l’ont emmenée dans un centre de soins, mais le personnel a refusé de prendre la créature. Alors, ils l’ont emmenée à l’Hôpital Régional de Varginha. Des témoins affirment qu’une section de l’hôpital a été mise en isolation pour environ deux jours, jusqu’à ce que la créature soit retirée des lieux.

Événements étranges à l'hôpital

20 janvier, en soirée
Un peu après 18 heures, des camions de l’armée se sont présentés à l’Hôpital Régional au centre-ville de Varginha. Comme c’était un samedi soir animé, de nombreuses personnes étaient sur place, et ont été témoins de leur arrivée. Ils ont vu que l’Armée apportait un corps pour l’autopsie. Les témoins ont rapporté que le personnel de l’hôpital leur a fait rapidement savoir qu’ils devaient repartir avec le corps, car « cet hôpital est seulement équipé pour traiter les humains »

Dans les jours suivants
Dans les jours qui ont suivi, la population a remarqué de nombreux véhicules de l’armée, de la police et des pompiers entourant les deux hôpitaux de la ville. Ils racontent qu’une créature a été transférée de l’Hôpital Régional à l’Hôpital Humanitas.

22 janvier
Dans l’avant-midi, un certain nombre de véhicules provenant de l’Université de Sao Paulo, ainsi que deux américains transportant un étrange dispositif, sont entrés à l’Hôpital Humanitas. 

Dans la soirée, une opération militaire apparemment conduite par la « S-2 » (intelligence brésilienne), avait pour but de retirer une créature morte de l’hôpital. Au moins trois camions ont été nécessaires pour l’opération, l’un d’eux servant à transporter le cadavre, alors que les deux autres étaient des leurres. Selon des militaires qui auraient été impliqués dans l’opération, le corps sentait vraiment mauvais. Il a été emmené à l’Université où le Dr Badan Palhares, un spécialiste en autopsie de renommée mondiale, l’aurait examiné. 

Morts insolites au zoo

20 janvier, dans l’après-midi
La biologiste Leila Cabra, qui travaillait au zoo de Varginha à l’époque, se rappelle que le 20 janvier, elle était à la maison avec ses enfants, mais qu’à cause d’un orage violent dans l’après-midi, elle avait décidé de faire un saut au zoo pour voir si les animaux allaient bien. « Quand je suis arrivée là, Nelson, le gardien, m’a dit: Mme Leila, les pompiers sont venus ici avec un animal vraiment étrange, et m’ont dit qu’ils voulaient le donner à vous, et à personne d’autre. » Leila lui a alors répondu: « Nelson, si c’est important, ils vont revenir. »

Mais ils ne sont pas revenus, et le lendemain, toute la ville parlait de créatures provenant d’un autre monde.

Dans les mois suivants
Mais dans les mois qui ont suivi, entre février et avril, cinq animaux du zoo sont morts subitement. “Ils sont simplement décédés, sans qu’il y ait d’explication plausible”, explique Leila. Les animaux appartenaient à des espèces de cerfs, de tapirs et d’ocelots. 

Leila et le vétérinaire du zoo ont fait des autopsies sur les animaux morts et les prélèvements qu’ils ont faits ont été envoyés à un laboratoire à Belo Horizonete pour être étudiés. Une substance toxique et caustique non identifiée a été détectée. Le vétérinaire a ajouté qu’un noircissement de la muqueuse de l’estomac et de l’intestin a été détecté durant les autopsies des animaux. 

« C’était ça le problème. Ils avaient tous les mêmes symptômes à l’autopsie, mais c’était des espèces complètement différentes, avec des diètes différentes, et vivant dans des secteurs différents du zoo. »

En avril 1996, une femme assise à la véranda d’un restaurant au zoo de Varginha, a vu une créature étrange correspondant à la même description que les créatures aperçue à Varginha en janvier, la regarder de derrière une barrière quelques mètres plus loin. La créature s’est ensuite enfuie, sautant par-dessus un mur bas. Les morts étranges parmi les animaux du zoo ont cessé après cette observation

Observations subséquentes de créatures

Quelques jours après le 20 janvier
Le cadavre d’un créature a été trouvé sur une route. Des militaires brésiliens s’y sont rendus avec une hâte inhabituelle et ils ont ramassé le corps. 

En mai
Un étudiant roulait sur l’autoroute près de Varginha lorsqu’il a vu une créature étrange traverser la route devant lui, pour ensuite rebrousser chemin et se cacher dans des buissons le long de la route. Lorsqu’il a partagé son témoignage, il s’est rendu compte que l’endroit où il avait fait cette observation se trouvait tout près de la ferme d’Oralina et Eurico, ceux qui avaient vu un engin volant émettant de la fumée le 20 janvier.

Partie 3: Les démentis officiels

Démentis concernant le policier Marco Chereze

La police a déclaré que Marco Chereze, le policier qui avait capturé une créature sans équipement de sécurité, n’était pas de service cette nuit-là, mais ces informations sont niées par la famille de Marco.

Démentis de l'armée, des hôpitaux et de l'Université

L’Université, ainsi que le Dr Palhares (le spécialiste en autopsie), nient avoir été impliqués dans de tels événements. L’hôpital a aussi nié toute participation, et a expliqué que les nombreux véhicules officiels étaient présents sur place parce que l’exhumation d’un corps humain demandait « beaucoup de légistes et une escorte officielle ».

Les autorités brésiliennes nient aussi l’histoire dans son intégralité. Ils affirment qu’aucune créature n’a été trouvée ou transportée, et que les militaires faisaient des patrouilles de routine. Les militaires de l’école Sargentos das Armas ont nié pendant des mois avoir été présents à Varginha le 20 janvier. Mais ils se sont rétractés en 1997, pour finalement admettre qu’un véhicule militaire était passé par Varginha le 20 janvier afin de se rendre chez un concessionnaire pour une réparation. En chemin, les soldats se seraient arrêtés sur le bord de la route pour aider un couple de nains dont la femme était en train d’accoucher. Selon eux, les témoins ont confondu la femme naine avec une créature extraterrestre.

Mudinho

L’armée affirme que les trois jeunes femmes n’ont pas vu de créature brunâtre ce jour-là dans un terrain vague, mais plutôt un homme handicapé surnommé “Mudinho” qui s’était couvert de boue. 

L’homme en question, dont le nom est Luis Antonio de Paula, a 34 ans. Il est sourd et muet, et il a un retard mental. Toutefois, son corps n’est pas difforme, il a une apparence normale. Il fait 1,70 m, a le teint clair et les yeux noisette. 

Mudinho et sa famille vivent à environ trois pâtés de maison de l’endroit où la créature a été apeçue par les trois jeunes femmes. Les voisins et les gens du quartier le connaissent bien, car Mudinho n’aime pas rester dans la maison toute la journée et passe du temps dehors à observer les gens et les voitures. Parfois, il s’accroupit pour regarder les insectes. Les gens l’aiment bien, et lui offrent parfois du chocolat ou autre gâterie. Ils savent qu’il est inoffensif.  

Mudinho
Mudinho

Parmi ceux qui le voient régulièrement, il y a les trois filles. Elles le croisent souvent, et Kátia lui donne parfois une cigarette. Elles n’ont jamais peur de lui. Autrement dit, si c’était Mudinho qui s’était tenu accroupi contre le mur, même couvert de boue, les filles l’auraient reconnu et n’auraient pas été terrifiées. 

La famille de Paula est offensée que l’armée suppose que les témoins aient confondu Mudinho avec une créature horrible. Ils ajoutent que Mudinho est propre et bien nourri, et qu’il ne se promène jamais couvert de boue.

Tentative de réduire les trois filles au silence

Environ 4 mois après avoir vu la créature, les trois jeunes femmes se sont vues offrir une bonne somme d’argent pour nier toute l’histoire. Dans une entrevue accordée à EPTV Sul de Minas en 2006, elles ont expliqué que le 29 avril, vers 22 heures, cinq hommes se sont présentés chez elles. « Ils voulaient que nous réfutions ce que nous avions vu devant une caméra. Ils allaient nous payer », a expliqué Liliane. Elles n’avait aucune idée qui étaient ces hommes. Elles n’ont pas révélé le montant d’argent qui leur a été offert, mais elles ont expliqué que c’était assez pour quitter le Brésil. « Nous avions peur. Nous avons pensé accepter. »

Les hommes leur ont ensuite fait des pressions au téléphone, et la mère de Liliane et Valquíria a été suivie. Afin d’éviter que ces choses continuent de se produire, elles ont décidé de parler à la télévision de ce qui arrivait, et le harcèlement a cessé.

Partie 4: Les conséquences

Mort d'homme

Le 15 février 1996, Marco Chereze, le policier militaire de 23 ans qui avait attrapé une créature, est mort.  

Peu après avoir capturé la créature, le policier a dû subir une intervention pour qu’on lui retire un petit abcès. Après la chirurgie, il était fiévreux et était pris de douleurs à plusieurs endroits du corps.

Le cardiologue Cesário Lincoln Furtado, un des médecins qui a essayé d’aider Marco, a expliqué que tous les tests possibles avaient été faits, mais qu’aucun diagnostic clair n’avait pu être établi. “Un autre médecin et moi-même lui avons donné les meilleurs antibiotiques que nous avions, mais sa santé ne s’améliorait pas. C’était comme si on lui avait donné de l’eau avec du sucre”, a dit Furtado.

Après quelques jours au centre de soins intensifs, le policier est mort d’une infection généralisée. La cause de l’infection est inconnue.

Marco Eli Chereze
Marco Eli Chereze

Son épouse, Valéria Chereze, a demandé à voir son rapport de décès officiel, mais pendant des mois, les autorités ont refusé. Lorsqu’elle en a finalement eu une copie, certaines pages étaient manquantes. « Marco était en parfaite santé. Il n’attrapait même pas de rhumes », se rappelle-t-elle. « Peu avant sa mort, il devenait nerveux et changeait de sujet à chaque fois que quelqu’un mentionnait le cas des extraterrestres. Et maintenant, ses collègues de travail m’évitent. »

Répercussions sur la vie des trois filles

La vie des trois filles a été transformée suite à leur rencontre avec la créature. Elles ont été harcelées par les médias et par les curieux, elles ont été la cible de constantes moqueries, et on les a accusée d’être des opportunistes. Certains emplois leur ont même été refusés à cause de cette histoire. Liliane raconte qu’elle a dû quitter l’école, et qu’elle ne voulait plus sortir de chez elle. « [Cette histoire] n’a jamais été bonne pour nous”, explique-t-elle.

Kátia, qui était enceinte à l’époque, a souffert d’anxiété durant toute sa grossesse. Des gens lui répétaient fréquemment qu’elle portait l’enfant de la créature, et à force de les entendre, elle s’est mise à y croire, et est tombée en dépression. Elle a aussi divorcé.

Valquíria explique que cette histoire ne leur a apporté que des malheurs, et que sa soeur et elle ne veulent plus en parler.

Les enfants aux yeux noirs

Mais qui sont ces enfants aux yeux complètement noirs?
Des êtres surnaturels? Des démons?
Ou plutôt des extraterrestres déguisés en enfants?
Et si cette histoire n’était qu’un canular?

Shelby, 13 ans, a été obligée de manquer l’école, car sa mère était à l’hôpital et Shelby devait rester avec son petit frère jusqu’à ce qu’il parte pour l’école. Le reste de la journée, elle était à la maison, profitant de son temps seule et restant en pyjama.

Vers 11h 45, des coups sont frappés à la porte et Shelby a répondu. C’était un garçon un peu plus âgé qu’elle. Étrangement, son toupet lui couvrait complètement les yeux.

« Donc, ce gamin était super immobile. J’aurais pu croire qu’un de mes amis avait mis un mannequin devant ma porte et était parti se cacher. Mais ensuite, le gamin a parlé. On aurait dit un p… de robot, ou quelque chose du genre. C’était comme s’il était programmé pour dire ça: « Ma mère m’a dit de demander un téléphone, de peur que je me perde. Avez-vous un téléphone? »

À ce stade, je chiais dans mon pantalon parce que, premièrement: j’étais une fille de treize ans et un garçon plus âgé que moi, habillé comme un voleur, était à ma porte avec la moitié de son visage couvert. Deuxièmement: pour une raison que je n’explique pas, je ne pouvais détourner mon regard. J’avais l’impression que si je bougeais, ou si je disais autre chose que «oui», j’allais exploser. Et troisièmement: il y avait deux autres garçons du même âge que lui, debout dans mon allée, habillés exactement de la même manière que lui. Un jean ample, un chandail à capuchon foncé et des Vans usés. »

Au départ, Shelby ne pouvait que bégayer et hocher la tête. Elle trouva finalement la force de dire clairement « Non! », mais alors qu’elle fermait la porte, l’adolescent mis son pied en travers pour la bloquer. Les deux autres qui étaient dans l’allée ont commencé à s’avancer vers elle. 

« J’ai attrapé la batte de baseball qui était près de la porte d’entrée et je l’ai menacé: « Si tu ne pars pas tout de suite je vais te f… toute une branlée, et appeler les flics! » J’ai crié assez fort pour qu’au moins un de mes voisins puisse m’entendre, du moins je l’espérais. Car j’étais cette fille plutôt petite, portant un pyjama Bob l’Éponge, c’était difficile de paraître menaçante.

Tout à coup, l’enfant de p… a enlevé son pied de là et est allé se placer entre les deux autres ados, s’intercalant parfaitement. Puis, celui de droite a dit, exactement sur le même ton et la même voix que le premier: « Je suis désolé de t’avoir dérangée. Je reviendrai plus tard pour te le redemander. »

Intérieurement, je préparais mes funérailles. Juste au moment où je m’apprêtais à fermer la porte, le premier ado sourit et leva les yeux. ET C’ÉTAIT DES P… DE YEUX NOIRS. Les deux autres ont fait la même chose. J’ai dit NON et j’ai claqué la porte. Puis, j’ai appelé mon voisin qui était un gros costaud de 20 ans. Il est venu en courant et les a cherché partout autour de ma maison, mais il a dit qu’ils étaient partis. Quand j’ai raconté tout cela à ma mère, elle ne m’a pas crue et a dit que je mentais. Ils ne sont jamais revenus, mais maintenant j’ai toujours peur d’être seule chez moi, surtout que mon gros costaud de voisin a déménagé. » (Réf. 11)

Les caractéristiques des enfants aux yeux noirs

Dans les témoignages, les enfants aux yeux noirs ont généralement les attributs suivants:

  • L’apparence d’enfants entre 6 et 16 ans;
  • Apparence physique normale, à part les yeux qui sont entièrement noirs, ce qui inclut la partie normalement « blanche » de l’oeil (la sclère) ainsi que l’iris;
  • Leur comportement est plutôt figé;
  • Leur ton de voix donne l’impression d’être trop mâture pour leur âge, ou d’être acté;
  • Soit qu’ils sont vêtus de façon démodée, avec par exemple une longue robe fleurie faite à la main, ou soit qu’ils sont vêtus de façon moderne, portant la plupart du temps un chandail à capuchon;
  • Ils se présentent seuls, ou en petit groupe (5 maximum); 
  • Ils demandent à entrer (dans la maison ou la voiture), souvent en prétextant de l’aide, par exemple en demandant de pouvoir téléphoner;
  • De surcroît, ils sont insistants dans leur demande, et ne semblent pas pouvoir entrer s’ils n’ont pas reçu la permission;
  • Les témoins rapportent une peur viscérale en leur présence;
  • Également, les chats et les chiens fuient la scène, ou agissent agressivement;
  • Des phénomènes électriques bizarres se produisent parfois en leur présence.
enfants aux yeux noirs

L'histoire de Brian Bethel

Les enfants aux yeux noirs sont devenus un sujet populaire dans le monde du paranormal en 1996, lorsque le journaliste Brian Bethel a écrit un message sur une liste de diffusion racontant sa rencontre effrayante avec deux enfants aux yeux noirs. 

Ce soir-là, il était entre 21 h 30 et 22 heures, et Brian était stationné près d’une salle de cinéma, à Abilene au Texas. Il était assis dans sa voiture, en train de faire un chèque pour payer une facture internet au bureau du fournisseur local. Des coups furent alors frappés sur la vitre du passager. L’homme leva les yeux et vit deux adolescents portant un chandail avec le capuchon relevé. Le capuchon leur couvrait le visage. 

Brian se sentit tout de suite envahi d’une peur inexplicable. Pourtant, les deux garçons avaient une apparence normale, et leur compertement n’était ni agressif, ni incongru. Malgré une frayeur qu’il ne s’expliquait pas, Brian se ressaisit, baissa la vitre et tenta de mieux voir leurs visages. Le premier avait le teint olivâtre et des cheveux bouclés. Le second, des cheveux roux et des taches de rousseur. C’est alors qu’il vit leurs yeux: entièrement noirs, sans vie, sans substance. 

Glacé sur place par la peur, Brian écoutait les adolescents lui expliquer qu’ils étaient venus pour voir un film, mais qu’ils avaient oublié leur argent à la maison. Ils lui demandaient de les conduire jusque chez eux, afin qu’ils prennent leur monnaie et reviennent pour voir Mortal Kombat. « Ce ne sera pas long! » disaient-ils. Devant la frayeur de Brian, ils ont ajouté « Nous ne sommes que des enfants! » 

N’en pouvant plus, le journaliste releva sa fenêtre et marmonna quelques mots d’excuse. Alors qu’il démarrait, il les entendit lui dire à travers la vitre: « Nous ne pouvons pas entrer si vous ne nous donnez pas la permission! Laissez-nous entrer! » Brian partit rapidement, et lorsqu’il voulut jeter un dernier coup d’oeil aux garçons, ils avaient disparu.

enfants aux yeux noirs

La terreur ressentie par les témoins

Brian Bethel ne s’est jamais totalement remis de sa rencontre avec deux enfants aux yeux noirs devant le cinéma.

« Mon sommeil était sérieusement perturbé. En fait, je ne voulais plus dormir du tout. Je ne me sentais plus en sécurité en allant me coucher. J’avais tout le temps cette peur de les voir apparaître au pied de mon lit, ou de me rendre compte qu’ils m’attendaient devant ma porte. Les premières semaines ont été très difficiles, et j’en ressens encore les effets jusqu’à aujourd’hui. Dans les films d’horreur et dans d’autres médias, on utilise communément les yeux noirs pour symboliser le mal, et je vous dirais que chaque fois que je vois une telle image, surtout quand je ne m’y attends pas, j’ai un flashback: je retourne brièvement à ces moments atroces dans ma voiture. À juste titre, je ne savais pas si j’allais mourir ou non. Je n’ai jamais été aussi terrifié de ma vie.

[Que sont ces enfants?] Je n’en suis pas sûr. Ce que je sais, c’est qu’ils sont des prédateurs et que nous sommes la nourriture. Je ne pense pas qu’ils veulent nous manger dans le sens littéral du terme, mais ils veulent quelque chose de nous. Peut-être qu’ils veulent seulement nous tuer, mais j’ai tendance à penser que leur dessein est bien plus complexe que cela. Tant que vous n’aurez pas été témoin de ces terribles yeux noirs, pleins de haine, arrachés aux profondeurs de la nuit et du temps, je ne crois pas que vous puissiez comprendre. Les autres témoins à qui j’ai parlé comprennent vraiment. »

Ce genre d’émotions extrêmes n’est pas rare chez les témoins des enfants aux yeux noirs. 

En 1998, un militaire américain était en poste en Californie, et habitait dans les baraques réservées aux militaires célibataires. Un soir vers 23 heures, alors qu’il marchait près des baraques pour aller rejoindre des camarades, le vent s’est levé d’un coup et il a entendu comme le rire de cent personnes en même temps, transporté par le vent. C’était étrange, mais le militaire s’est dit que ça devait provenir d’un groupe de soldats plus loin. 

Alors qu’il montait au deuxième étage de la baraque, il vit un garçon caucasien de 8 ou 9 ans, assis dans le haut des escaliers. Il avait des cheveux sombres et bouclés. À première vue, un enfant n’avait rien à faire à 23 heures près des baraques de célibataires, mais le plus bizarre, c’était ce qu’il a remarqué ensuite: ses yeux, noirs comme de l’encre.

enfants aux yeux noirs

« Il m’a regardé et j’ai alors ressenti une véritable terreur, comme si mon âme était en danger. J’ai couru jusqu’au bas des escaliers et je suis retourné à ma chambre, verrouillant ma porte et restant caché pour le reste de la nuit. Je pensais avoir rencontré le diable ou un démon. Ce n’est que l’année dernière que j’ai entendu parler des enfants aux yeux noirs. En lisant les récits des autres, j’ai compris qui j’avais rencontré. »

Le militaire a expliqué qu’au moment de la rencontre, il avait le sentiment que l’enfant était un être spirituel malveillant passé dans notre monde. Il ignorait si l’être devant lui voulait se nourrir de son âme, le maudire, le traîner dans l’enfer ou l’emmener avec lui dans la dimension d’ombre d’où il venait. Mais il ressentait au fond des tripes que son âme était en danger. (Réf. 7)

Gardons l'esprit ouvert

Il est préférable de s’approcher du paranormal avec à la fois un esprit ouvert et un esprit critique. Comme le disait Jean Rostand, avoir l’esprit ouvert, ça ne veut pas dire d’avoir l’esprit béant à toutes les sottises. Mais avoir l’esprit critique, ça ne veut pas dire non plus de l’avoir fermé et sarcastique.

Prenons par exemple la page Wikipédia sur le sujet des « enfants aux yeux noirs ». Dans cet article, seul le point de vue sceptique est représenté, et il y est affirmé que ce phénomène n’est qu’une invention, point à la ligne. « Les enfants aux yeux noirsont une légende urbaine au sujet de créatures paranormales ayant l’aspect d’enfants entre 6 et 16 ans, au teint pâle et aux yeux complètement noirs. »

Pourtant, rien n’est moins sûr quand il est question des enfants aux yeux noirs. Les témoignages se multiplient et l’identité de ces enfants est mystérieuse. Certains cas semblent s’expliquer assez clairement par des adolescents portant des verres de contact teintés, mais cette explication ne s’applique pas à toutes les occurences. D’autres histoires semblent être des inventions pures et simples, mais est-ce le cas de chacun de ces témoignages?

Des cas d'enfants aux yeux noirs antérieurs à 1996

Les sceptiques qui ont pris le contrôle de cette page Wikipédia soutiennent que le mythe a pris naissance en 1996, avec le témoignage du journaliste Brian Bethel. Ils disent que tous les autres cas sont des inventions calquées sur l’histoire de Bethel.

Même si c’est le récit de Bethel qui a popularisé le phénomène, il existe réellement des cas antérieurs à 1996. La différence principale entre ces témoignages « pré-internet » et ceux d’aujourd’hui, c’est que le terme « enfants aux yeux noirs » n’avait pas encore été inventé par Bethel, et qu’ils sont alors décrits en utilisant d’autres mots. (Les termes originaux en anglais sont Black Eyed Children, dont le diminutif est BEC, ou Black Eyed Kids, dont le diminutif est BEK ou BEKs.)

L’auteur David Weatherly, dans son livre Black Eyed Children, rapporte plusieurs cas antérieurs à 1996, incluant un cas intéressant qui s’est produit en France, en 1974.

black eyed children

Des enfants aux yeux noirs en France, en 1974

Selon un rapport du N.I.C.A.P. (National Investigations Committee on Aerial Phenomena), deux hommes connus uniquement sous le nom d’Alain et Patrick firent une étrange rencontre dans un village non-nommée de l’Aisne. 

Lors d’une belle journée d’automne, Alain et Patrick faisaient une ballade en voiture. Il était environ 15 heures quand ils ont décidé de faire demi-tour et de prendre un itinéraire différent. Le conducteur, Patrick, a ralenti devant la dernière maison du village pour faire demi-tour. C’est là qu’il a remarqué cinq petites silhouettes étranges dans la cour de la maison. Trois d’entre elles se tenaient à l’arrière-plan, blotties l’une contre l’autre. Le quatrième enfant marchait le long de la maison, passant ses mains sur le mur. Le cinquième se tenait au milieu de la cour, leur faisant face. Afin de jeter un oeil sur les étranges enfants, Alain baissa la vitre côté passager. Son sang s’est glacé. 

Les cinq enfants faisaient un peu plus de quatre pieds de haut. Ils étaient tous habillés de la même façon, portant une longue robe qui descendait jusqu’à terre. Le tissu de leurs robes était décoré de taches multicolores. Les êtres avaient la peau jaunâtre et de longs cheveux qui tombaient le long de leur dos jusqu’à la taille. Leur nez semblaient repoussés vers l’intérieur, et leurs yeux étaient énormes, complètement noirs, de la taille d’une boule de billard.

enfants aux yeux noirs
Illustration d'enfants aux yeux noirs faite par un des témoins de la rencontre dans l'Aisne, 1974 - publié par N.I.C.A.P.

L’enfant le plus proche du véhicule leva le bras pour faire signe aux deux hommes de s’approcher. La scène effraya Alain au point qu’il se mit à hurler, demandant à Patrick de partir au plus vite. Celui-ci ne se fit pas prier, fit demi-tour et s’éloigna le plus rapidement possible. (Réf. 3)

Des enfants trop propres, témoignage de 1918 ou 1919

C’était en 1918 ou 1919, à Sandoval en Illinois (États-Unis). Il faisait chaud, et un homme se prenait quelque chose à boire à la cuisine lorsqu’il entendit frapper à la porte. Il trouvait cela étrange, car dans son coin, les gens ne frappaient pas à la porte, ils l’appelaient tout simplement par son nom. Comme il habitait tout près du chemin de fer, il se dit que des sans-abris devaient être débarqués du train et s’être arrêtés chez lui pour quêter un repas ou du travail. Mais s’avançant dans l’entrée, il vit que c’était en fait deux enfants, une fille et un garçon. Ils lui demandèrent s’ils pouvaient entrer dans la maison pour se reposer, expliquant qu’ils avaient une longue route à faire.

Les enfants lui semblaient étranges pour deux raison: la première, ils ne le regardaient pas directement. La deuxième, ils étaient bien trop propres: pas de poussière, pas de sueur, les cheveux bien mis. De fait, monter sur le train était salissant. Les gens se retrouvaient avec de la graisse, de la poussière de charbon, sans compter les éraflures sur les mains et les genoux. En plus, marcher dans les champs sous cette chaleur, ça décoiffait n’importe qui. Mais les enfants devant lui étaient immaculés comme si c’était un Dimanche. 

L’homme leur proposa de s’asseoir sur le porche, vu la chaleur dans la maison. Mais la petite fille insista: « Pouvons-nous entrer? » Elle se mit à répéter sa demande, encore et encore, jusqu’à ce que l’homme frappe des mains et dise: « Non! Sacrebleu! » La petite fille s’arrêta alors et le fixa de ses yeux noirs comme le charbon. « Monsieur, est-ce que nous pouvons entrer, s’il vous plaît? »

Après cette rencontre, L’homme est allé à la cuisine où il s’est affalé sur une chaise, se sentant mal, comme s’il avait reçu un coup dans le ventre. Son chien est venu le rejoindre, tremblant comme une feuille. Ne comprenant pas ce qui lui arrivait, l’homme se dit qu’il devait souffrir d’un épuisement causé par la chaleur. (Réf. 5)

enfants aux yeux noirs

Les enfants aux yeux noirs sont-ils humains?

Leur apparence est celle d’enfants, mais parfois, un détail (autre que les yeux) semble incongru et donne à penser qu’il s’agit de créatures déguisées en enfants. Le cas suivant en est un parfait exemple. Il s’agit de la rencontre d’une femme avec trois enfants aux yeux noirs qui s’est produite au Brésil.

C’était en 2016. Il était environ 18 heures. Une jeune femme rentrait chez elle à pied en provenance de son école, lorsqu’elle fut abrodée par trois personnes: deux jeunes enfants, un garçon et une fille, accompagnés d’un enfant plus grand. 

Ils se sont approchés d’elle, et c’est alors que la jeune femme put vraiment bien les voir. L’enfant plus grande que les autres était vraiment singulière. Son visage semblait très jeune. Trop jeune pour la grandeur qu’elle avait. Comme une adolescente qui aurait eu le visage d’une petite fille. En plus, elle avait ces étranges yeux noirs. Et sa ligne de cheveux descendait bas sur son front.

La jeune femme ne bougeait pas et lorsque l’enfant trop grande lui parla, elle se sentit prise de vertiges. Une mauvais odeur lui vint au nez.

« Elle a dit quelque chose comme: « S’il vous plaît, pouvez-vous nous aider? Nous sommes perdus et devons rentrer chez nous. Nous ne voulons pas que maman s’inquiète. » Je l’ai observée, ainsi que les deux autres enfants. Ils ne se ressemblaient pas du tout. Personne ne se ressemblait. La petite fille avait l’air d’avoir environ 6 ans et avait une apparence asiatique. Le garçon, à peine plus âgé qu’elle, était pâle et avait les cheveux bruns. Et le plus grand enfant, celle qui avait l’air à la fois adolescente et enfant, avait la peau foncée.

enfants aux yeux noirs

Je lui ai demandé où elle habitait, parce que j’étais totalement sûre que je n’avais jamais vu ces enfants auparavant. Ils étaient tellement inhabituels. Elle m’a répondu qu’ils avaient seulement besoin d’aide pour trouver une cabine téléphonique et appeler leur mère. Elle a dit cela d’une manière si étrange, ça me donnait l’impression qu’elle mentait. Sa voix était trop distincte, comme si elle actait. 

À ce moment-là, je commençais vraiment à avoir peur. La fille m’a demandé ce qui n’allait pas. Je lui donnai une brève réponse. Elle sourit et ajouta que ce serait bien si je conduisais la plus petite fille vers la cabine téléphonique la plus proche, ajoutant qu’elle avait le numéro de téléphone et que cela ne prendrait que quelques minutes. La plus jeune commençait à marcher dans une certaine direction dès qu’elle vit la plus grande la pointer du doigt. Cette petite fille donnait la chair de poule, elle tentait de cacher ses yeux, en les gardant fermés et en baissant la tête. Elle se comportait étrangement et ne semblait pas à l’aise avec son propre cou. »

La jeune femme s’en tira en prétextant qu’elle devait se rendre au travail, et elle repartit en direction de son école. Elle ne voulait pas que les enfants voient où elle habite. Elle revint chez elle plus tard, et fit une recherche en ligne sur les maladies qui peuvent affecter les yeux et les rendre noirs. C’est alors qu’elle lut l’histoire des enfants aux yeux noirs, dont elle n’avait jamais entendu parler auparavant. Un an plus tard, lorsqu’elle partagea son expérience, elle expliqua que depuis cette rencontre, la peur ne l’a plus jamais quittée. (Réf. 4)

Capacités surhumaines

Si malgré tout ils sont humains, si les témoins ont cette peur atroce devant de simples enfants, un autre détail serait alors à expliquer. Parfois, ils semblent avoir des capacités surhumaines, comme dans l’exemple ci-après où ils entrent dans un endroit fermé:

Ma voisine m’a dit que de jeunes enfants étaient venus frapper à sa porte tard le soir. Elle a jeté un oeil pour les voir, et ils sont simplement partis. Elle m’a dit qu’ils avaient aussi frappé à sa fenêtre. Elle a une cour clôturée. La clôture encercle la maison et n’a pas de sortie qui donne sur la rue. Elle a vu les enfants dans sa cour, ce qui veut dire que si ce sont de vrais enfants, il a fallu qu’ils sautent la clôture pour y accéder. 

Ressentent-ils le froid?

Ezekiel Finch, un américain, est convaincu qu’ils ne sont pas humains. Une petite fille aux yeux noirs a tenté de le convaincre de la laisser entrer dans son appartement. 

« Il faisait 30 degrés Farenheit (-1 degré Celcius), il y avait de la neige par terre, et elle portait une petite jupe et un haut à bretelles spaghetti, » se rappelle-t-il. Alors qu’il se tenait dans l’embrasure de la porte, écoutant cette jeune fille légèrement vêtue le supplier de la laisser entrer chez lui, il pensa qu’elle pouvait être sous l’influence de la drogue, mais il remarqua rapidement autre chose. Vous savez ces petits nuages qui se forment dans le froid lorsque nous respirons?  Elle n’en faisait pas. « Elle n’avait pas de réaction au froid, pas de respiration visible, elle n’inspirait pas », a-t-il déclaré. 

Ezekiel croit que les enfants aux yeux noirs ne sont rien d’autre que des monstres « Ils veulent que tu sois à l’aise. Ils veulent que tu te sentes en sécurité, que tu les crois inoffensifs. », a-t-il déclaré. « Ce sont des prédateurs. » (Réf. 10)

enfants aux yeux noirs

Lisent-ils dans les pensées?

Lisburn, Irlande du Nord. Il était environ 22h45, et en cette soirée chaude, Carris Holdsworth, 18 ans, se rendait à son appartement. En s’approchant, elle remarqua que deux adolescents en chandails à capuchon et en jeans se tenaient debout dans sa cour, et lui faisaient dos. Alors qu’elle tentait de s’éloigner sans être remarquée, elle mit la main dans son sac pour trouver son poivre en aérosol. 

Mais à ce moment-là, les deux garçons se tournèrent vers elle et, comme s’il lisait dans ses pensées, l’un d’eux dit: « Vous n’en avez pas besoin, on veut seulement emprunter votre téléphone, mademoiselle. » La jeune femme, apercevant leurs yeux complètement noirs, paniqua et courut vers son appartement, verrouillant la porte derrière elle. Les deux adolescents la suivèrent de près et frappèrent à sa porte. Elle ne leur répondit pas et se dépêcha à téléphoner à un ami, lui expliquant qu’elle avait peur. Lorsque l’ami arriva sur place, les deux garçons étranges se sauvèrent. 

enfants aux yeux noirs

Les deux garçons ont-ils réellement lu dans les pensées de Carris? Ce témoignage n’est pas unique, car d’autres témoins ont décrit des impressions semblables.

PLusieurs cas d'enfants aux yeux noirs dans le même secteur

On dirait que lorsqu’un cas se produit, d’autres témoignages surviennent dans les jours suivants pour le même secteur. 

En 2015, les agents de police de la région de Mexico et du Yucatan, au Mexique, ont rapporté plusieurs cas d’enfants aux yeux complètement noirs qui demandaient d’entrer chez les gens pour boire un verre d’eau. 

Deux cas en particulier se sont produits dans le cimetière de Xoclan. Juana Solis allait porter des fleurs sur une tombe avec ses filles lorsque deux enfants aux yeux noirs se sont approchés d’eux pour leur demander de l’eau. Mais avant qu’elle ne puisse répondre, les enfants étranges avaient disparu. 

Un homme nommé Pedro a rapporté avoir vu des enfants semblables le lendemain, dans le même cimetière. (Réf. 8)

enfants aux yeux noirs

Les enfants aux yeux noirs sont-ils mentionnés dans la mythologie?

Certains êtres mythologiques rappellent les enfants aux yeux noirs. Ces légendes sont-elles tirées de véritables rencontres avec ces enfants?

Folklore Scandinave

Le folklore scandinave parle d’êtres fantômatiques qui s’appellent « Mylings ». Ce seraient des esprits d’enfants tués sans être baptisés, ou encore à qui on a refusé un enterrement chrétien. 

Ils reviennent pour se venger auprès des vivants, ou pour leur demander un enterrement décent.

Les Mylings peuvent choisir leur apparence, et même choisir de ne pas être vus par les vivants. Ils apparaissent habituellement comme des enfants âgés entre 6 et 12 ans, d’une peau très pâle, semblant mal nourris et négligés. 

Ils tentent parfois de monter sur le dos d’un vivant, et demandent à être transportés vers un cimetière pour y être enterrés. Ils deviennent de plus en plus lourd à mesure que leur victime s’approche de la destination.

myling
Myling

Traditions de sorcellerie

Un utilisateur Reddit décrit sa rencontre avec deux enfants aux yeux noirs et explique ensuite qu’il a mentionné son expérience à une amie ayant des connaissances en sorcellerie:

Eh bien, hier, je parlais avec une de mes amies qui est sorcière et qui a beaucoup de connaissances traditionnelles et d’expériences en paranormal. Beaucoup plus que moi en tout cas.

Je lui ai parlé de mon histoire, et elle n’était pas du tout surprise.

« Oui », m’a-t-elle dit. « Ce sont les esprits d’enfants qui ont été horriblement abusés au cours de leur vie. » (Réf. 13)

Pourquoi demandent-ils la permission pour entrer?

On dit que les yeux sont le reflet de l’âme. Que reflètent les yeux de ces enfants? Le vide? L’ombre? Est-ce à dire qu’ils n’ont pas d’âme?

Pourquoi demandent-ils avec insistance la permission d’entrer dans une maison ou une voiture? Personne n’a vraiment élucidé la question. Toutefois, dans de nombreux mythes et légendes, certains êtres surnaturels, comme les vampires ou les démons, ou même certains fantômes, ne peuvent pas entrer dans une maison sans y être invités. Y aurait-il donc du vrai derrière cette légende? Sans être les vampires des légendes qui croquent le cou et sucent le sang, ils pourraient être des vampires d’énergie. Ou alors, sans être des démons aux pieds fourchus, ils pourraient être des entités d’une autre dimension, qui n’appatiennent pas à notre monde.

Souvent dans les légendes, vampires, fantômes ou démons vont tenter d’obtenir la permission d’entrer en trompant la personne, lui faisant croire par exemple qu’ils sont quelqu’un d’autre. Se déguiser en enfants est sûrement une bonne solution, puisqu’ils soulèvent moins les soupçons que les adultes, et que les gens en général sont plus enclins à les aider. Toutefois, malgré un bon déguisement, ces êtres semblent être incapables de modifier l’apparence de leurs yeux.

Certaines personne croient que les yeux noirs sont plutôt un signe de possession. À cet égard, la légende ne dit-elle pas qu’un démon doir obtenir la permission avant d’entrer dans une âme? 

Beaucoup de questions, aucune réponse… du moins, pour l’instant.

enfants aux yeux noirs

Ce qui arrive si on les laisse entrer

Voici le témoignage d’une femme du Vermont (États-Unis) qui raconte ce qui s’est passé la nuit où son mari et elle ont laissé entrer deux enfants aux yeux noirs dans leur maison. C’était la nuit, en pleine tempête de neige, et le couple s’est fait réveiller par des coups frappés à la porte. Par la fenêtre, ils pouvaient voir que des traces de pas allaient jusqu’à leur maison, mais il n’y avait aucune voiture en vue.

Quand [mon mari] a ouvert la porte, il y avait deux enfants debouts dans la neige qui baissaient les yeux. C’était un garçon et une fille et ils n’avaient pas plus de 8 ans. Ils étaient étrangement vêtus et ils avaient des coupes de cheveux bizarres. La fille avait de très longs cheveux droits, et le garçon avait une coupe de cheveux démodée, c’était presque une coupe au bol. Ils n’étaient pas habillés pour l’hiver, et ma première idée en les voyant était qu’ils devaient être des enfants Mennonites, mais en autant que je sache, il n’y a jamais eu d’importante communauté Mennonite dans les environs.

Quand j’y repense, je sais très bien que ma réaction normale devant des enfants pris dans une tempête de neige aurait été de les faire entrer rapidement, de les envelopper dans une couverture et de les réchauffer avec un chocolat chaud, mais ce n’est pas ce que j’ai fait. Les enfants étaient troublants. Ils n’établissaient pas de contact visuel avec nous, et lorsque mon mari leur a demandé si tout allait bien, ils ont demandé s’il pouvaient entrer. Mon mari m’a alors regardée comme pour dire « qu’est-ce que je fais? », et j’ai demandé aux enfants où étaient leurs parents.

« Ils seront bientôt ici », c’est tout ce qu’ils ont dit.

Il était presque 2 heures du matin, alors la seule pensée logique qui me venait, c’était qu’il avait dû y avoir un accident de la route, ou alors ces enfants s’étaient perdus. Même si mon instinct me disait de ne pas les laisser entrer dans la maison, je l’ai fait quand même.

Je suis allée dans la cuisine pour leur faire du chocolat chaud pendant que mon mari les emmenait dans le salon. Pendant que je m’occupais de la bouilloire, je pouvais entendre mon mari leur parler. Il leur demandait si ça allait, d’où ils venaient, quelle distance ils avaient marché, si la voiture de leurs parents était tombée en panne, ce genre de choses. Mais ils répondait tout le temps « Nos parent seront bientôt ici ». Leur ton de voix était chantant. Ils n’avaient pas l’air d’avoir peur d’être dans la maison de deux étrangers. 

J’ai commencé à remarquer que nos chats (nous en avions quatre) se cachaient tous excepté Pigeon. Normalement, nos chats sont très curieux et affectueux, et nous devons faire attention qu’ils ne sortent pas lorsque nous ouvrons la porte. Mais cette fois, aucun d’eux n’essayait de voir qui était là, ce que j’ai trouvé inhabituel. Les poils sur la nuque de Pigeon étaient hérissés, et sa queue était gonflée pendant qu’il regardait en direction du salon. Lorsque je me suis penchée pour le caresser et voir ce qui n’allait pas, il a fêlé et s’est mis à grogner, pour ensuite reculer jusqu’à se cacher sous l’îlot de cuisine. Je ne l’avais jamais vu se comporter de la sorte.

Quand je suis retournée dans le salon, les enfants étaient assis sur le divan, aussi droits que possible, et mon mari se tenait la tête dans les mains. Je lui ai demandé ce qui n’allait pas et il a simplement répondu qu’il se sentait étourdi tout d’un coup, mais que ça allait. Je me suis tournée vers les enfants pour leur donner leur chocolat chaud, mais quand ils ont levé les yeux vers moi j’ai tressailli. Ça m’a tout pris pour ne pas laisser tomber les tasses de chocolat et m’enfuir en courant. Quand ils m’ont regardée, leurs yeux étaient complètement noirs. Il n’y avait pas de blanc, c’était comme des pupilles géantes.

Lorsqu’ils ont vu que j’avais peur, ils se sont levés et ont demandé à utiliser les toilettes. J’ai essayé d’avoir l’air le plus naturel possible en leur indiquant que les toilettes étaient au fond du couloir. Ils y sont allés ensemble et je me suis hâtée à demander à mon mari s’il avait vu leurs yeux. Il les avait vus lui aussi, et disait que ça ressemblait à la fois où son frère avait eu les yeux meurtris lors d’un accident de la route. Nous nous demandions ils étaient les enfants de qui, lorsque le nez de mon mari s’est mis à saigner. Jamais il n’avait eu de saignement de nez depuis que je le connaissais. Je savais au fond de moi que ça avait rapport avec les enfants dans les toilettes, et je me suis mise à pleurer en allant chercher des mouchoirs [pour mon mari].

C’est à ce moment-là que l’électricité a coupé. J’ai entendu mon mari appeler mon nom depuis le salon, et alors que je marchais dans le corridor, j’ai stoppé net. Les deux enfants se tenaient au fond du couloir. Ils ne bougeaient pas et je n’ai jamais eu aussi peur de ma vie. Ils ne faisaient que se tenir là, debout, dans le noir. 

Après ce qui m’a semblé être une éternité, le garçon a dit « nos parents sont ici » et ils ont marché jusqu’à la porte d’entrée, l’ont ouverte et sont sortis en la laissant grande ouverte. Mon mari s’est dépêché d’aller la fermer et a failli tomber. Nous avons regardé par la fenêtre et avons vu, au bout de notre entrée, deux hommes qui se tenaient debout à côté d’une voiture noire dont le moteur tournait. Les hommes avaient l’air de porter des complets noirs et ils étaient très grands, au moins 6 pieds d’haut. Lorsque mon mari leur a fait aurevoir de la main, ils nous ont fixé du regard, puis sont entrés dans leur voiture et son partis.

L’électricité est revenue environ une demie-heure après, mais plus rien n’était pareil. Dans les mois qui ont suivis, trois de nos chats ont disparu. Nous pensons qu’ils se sont sauvés quelque part et ne sont jamais revenus. Mais le pire, ce fut de trouver Pigeon mort dans une flaque de sang dans le salon. On aurait dit qu’il avait vomi du sang. Le vétérinaire nous a dit que c’était une sorte d’hémorragie.

Lorsque les saignements de nez de mon mari sont devenus chose courante, nous sommes allés voir un médecin. Il ne savait pas quoi en dire, autre que « voies nasales sèches », mais ensuite mon mari a été diagnostiqué avec un cancer agressif de la peau. Lorsque le médecin nous a demandé si nous allions au salon de bronzage, nous avons ri, mais apparemment ce genre de mélanome est habituellement lié au bronzage artificiel. Le médecin croit que mon mari va s’en remettre, mais il ne comprend pas comment il a pu empirer si rapidement. Mon mari n’a jamais eu d’emploi qui le faisait travailler dehors, et il a toujours passé peu de temps au soleil. 

Depuis que les enfants aux yeux noirs sont entrés dans notre maison, je souffre régulièrement d’étourdissements et de saignements de nez. J’ai aussi eu d’autres problèmes de santé dont je ne veux pas parler ici, mais croyez-moi, mon état n’a jamais été aussi pire et personne n’y peut rien. Je sais que tout ça c’est à cause que j’ai laissé les enfants aux yeux noirs entrer dans ma maison. Nous avons raconté à tout le monde que d’étranges enfants sont venus chez nous, mais personne d’autre ne les a vus, et plusieurs se sont moqués de nous parce que nous avions eu peur « d’enfants Mennonites », mais nous savons ce que nous avons vu. Je souhaiterais que mon mari n’ait jamais ouvert la porte. 

N’hésitez pas à publier cette lettre pour avertir les gens au sujet des enfants aux yeux noirs. Mon conseil [si vous les voyez], c’est de verrouiller vos portes, d’appeler la police et d’attendre qu’il fasse jour. Ne faîtes pas la même erreur que j’ai faite. (Réf. 6)

Les hommes en noir

Dans le témoignage précédent, les « parents » des enfants aux yeux noirs sont venus les chercher en voiture. Il s’agissait de deux grands hommes en complets noirs, dans un véhicule noir. La description ressemble aux « hommes en noir », toutefois, elle n’est pas très détaillée.

Certains auteurs signalent qu’il existe des points communs entre les deux phénomènes. Autant les enfants aux yeux noirs que les hommes en noir:

  • s’habillent souvent de la même manière (complet, fedora et lunettes de soleil pour les hommes en noir);
  • se présentent à la porte et demandent à entrer;
  • sont insistants dans leur demande (les hommes en noir demandent aux témoins d’OVNI de ne pas parler de ce qu’ils ont vu);
  • leur comportement est figé, et ils ont une inflexion de voix qui n’est pas naturelle;
  • il y a parfois des interférences avec l’électricité ou les téléphones.

Conclusion

Comment se fait-il que de simples enfants inspirent une terreur si grande, si viscérale, chez les adultes qu’ils rencontrent?
Qui sont-ils vraiment?

Quel que soit l’origine de ces êtres, ils veulent obtenir la permission d’entrer. Dans votre maison, votre voiture.
Dans votre âme, peut-être?

Il ne fait aucun doute que certains témoignages de rencontre avec des enfants aux yeux noirs sont des canulars purs et simples.
Mais est-ce le cas de tous les témoignages?
Comment se fait-il que si on recule dans le temps, on retrouve des témoignages bien avant l’existence d’internet?

Au lecteur d’en décider!
Mais je vous souhaite de ne jamais croiser le regard sombre des enfants aux yeux noirs!

Références pour ma recherche et sources des citations

Crash d’OVNI au Texas en 1897

Suite au crash d’OVNI, le corps du pilote,
qui n’était pas « un habitant de ce monde »,
aurait été enterré dans le cimetière local.

En 1897, la petite ville d’Aurora au Texas comptait environ 3000 habitants. Le samedi 17 avril de cette année-là, vers 6 heures du matin, ceux parmi les habitants d’Aurora qui étaient déjà levés, ont pu assister à un étrange spectacle. Dans le ciel, un OVNI en forme de cigare est apparu, se déplaçant du sud vers le nord. Contrairement aux dirigeables qui existaient à l’époque, cet OVNI était construit «d’un métal inconnu, qui ressemblait un peu à un mélange d’aluminium et d’argent». Un témoin a estimé que l’engin devait peser plusieurs tonnes.

L’observation s’est produite à une époque où de nombreuses apparitions de « dirigeables étranges » (des OVNIs en forme de cigare) étaient signalées un peu partout aux États-Unis. S. E. Haydon, un résident d’Aurora, a décrit l’événement dans un article de journal en supposant que c’était le même engin qui circulait partout dans le pays.

« Vers 6 heures ce matin, les lève-tôt d’Aurora ont été abasourdis devant l’apparition soudaine du dirigeable qui sillonne le pays. Il voyageait en direction du nord et beaucoup plus près de la terre qu’il l’a fait dans le passé. »

Haydon a écrit dans le « Dallas Morning News » que l’engin étrange semblait avoir des problèmes mécaniques. Il a ralenti jusqu’à environ dix à douze milles à l’heure et a commencé une manoeuvre pour s’approcher du sol.

Haydon a déclaré que les habitants d’Aurora regardaient avec stupeur le dirigeable se déplacer lentement au-dessus du centre-ville pour se diriger ensuite vers le nord en direction de la propriété du juge J. S. Proctor. Par la suite, l’OVNI est entré en collision avec une éolienne sur le terrain du Juge et « s’est brisé en pièces dans une terrible explosion, dispersant des débris sur plusieurs acres de terrain ». L’accident a détruit l’éolienne, le réservoir d’eau adjacent et le jardin de fleurs du juge.

crash d'ovni aurora texas 1897, illustré par Neil Riebe
Crash d'ovni à Aurora au Texas en 1897, illustration de Neil Riebe

Le corps du pilote

Parmi les débris, les habitants ont retrouvé le corps du pilote. Des témoins ont déclaré que le pilote n’était pas un être humain. Haydon écrit dans son récit: « Le pilote du navire était apparemment seul à bord et, bien que sa dépouille était gravement défigurée, il en restait assez pour voir qu’il n’était pas un habitant de ce monde. » Un autre témoin, monsieur T J. Weems, officier du service des transmissions américaines et spécialiste de l’astronomie, a déclaré: «Le pilote pourrait être de Mars».

Dans le cas de l’OVNI qui a explosé en 1891 au-dessus de Dublin, au Texas, des papiers contenant des écritures étranges ont été trouvés. La même chose s’est produite à Aurora. Lorsque les citadins ont examiné le corps du pilote, ils ont constaté qu’il transportait des papiers écrits dans un alphabet inconnu, qualifiés d’hiéroglyphes par les témoins, et le contenu en était donc incompréhensible.

Les débris du crash d'ovni

La rumeur du crash s’est vite propagée dans les villes des alentours, et de nombreux curieux se sont rendus sur le site de l’accident. Haydon a commenté:« Aujourd’hui, la ville est pleine de gens qui sont venus voir l’épave et qui recueillent des morceaux de l’étrange métal parmi les débris. » Il est possible que certains morceaux de l’épave mystérieuse existent encore aujourd’hui, entreposés puis oubliés. Cependant, aucun morceau de l’épave n’a été officiellement retrouvé.

L’Associated Press a plus tard raconté qu’un professeur de la North Texas State University a découvert des fragments de métal près de l’emplacement de la ferme du Juge Proctor. L’un de ces fragments était, selon lui, très intrigant, car il était principalement constitué de fer, mais n’avait aucune propriété magnétique. Le professeur a également déclaré qu’il était perplexe parce que le fragment était brillant et malléable, au lieu d’être terne et cassant comme du fer.

Après l’accident, les habitants ont tenté d’en savoir plus sur la façon dont l’OVNI était construit, et sur ce qui le faisait voler. Cependant, Haydon a déclaré que l’engin était « trop endommagé pour que l’on puisse tirer une conclusion sur sa construction ou à sa méthode de propulsion. »

On a rapporté que les derniers débris du crash d’OVNI ont été jetés dans le puits situé tout près de l’éolienne endommagée, alors que d’autres débris ont été enterrés avec le corps du pilote. Aux alentours de 1945, Brawley Oates a acheté la propriété du Juge Proctor. Il a entrepris de nettoyer le puits et de retirer les débris qui y avaient été jetés afin de l’utiliser comme source d’eau. Toutefois, Oates a plus tard développé un cas extrêmement sévère d’arthrite, blâmant l’eau du puits pour sa maldie. Il disait que les débris avaient contaminé l’eau. Oates a finalement scellé le puits avec une dalle de béton et a construit une dépendance au-dessus de la dalle.

La pierre tombale

Deux jours après l’accident, le Dallas Morning News annonçait que les obsèques du pilote auraient lieu le 18 avril. Un autre journal, The Fort Worth Register, a déclaré: « Le pilote, qui n’était pas un habitant de ce monde, a reçu un enterrement chrétien au cimetière d’Aurora. » Lorsque le pilote a été enterré, un marqueur a été placé sur sa tombe.

Le Bureau International UFO a mené une enquête sur le crash d’OVNI dans les années 1970. À l’aide d’un détecteur de métal, il fut déterminé que la supposée tombe du pilote contenait vraiment du métal. Les enquêteurs ont demandé la permission de creuser et d’exhumer le corps, ainsi que les débris, mais les officiels responsables du cimetière ont refusé. Les habitants d’Aurora étaient en colère qu’on veuille creuser dans le cimetière des membres de leurs familles, et certains ont accueilli les enquêteurs avec des carabines. Aucune exhumation ne fut faite.

Bill Case, un journaliste, a publié en 1973 un article sur l’étrange pilote enterré à Aurora, et peu après la publication de son article, la pierre tombale du pilote fut volée et n’a jamais été retrouvée.

Dans les années 2000, MUFON (un organisme à but non lucratif menant des enquêtes sur des cas d’OVNI) est allé dans le cimetière pour recueillir des données. Au-dessus de la supposée tombe du pilote, leur détecteur de métal ne captait rien, comme si la tombe avait été vidée de tout métal. De plus, un tuyau de trois pouces de diamètre avait été placé dans le sol, à l’emplacement de la pierre tombale manquante. En 2010, un nouvelle pierre tombale fut placée, mais elle fut volée de nouveau. Un nouveau marqueur aurait été placé récemment. 

cimetière d'Aurora texas
Pierre tombale marquant peut-être la tombe d'un extraterrestre au cimetière d'Aurora au Texas

Cette plaque commémorative est située près de l’entrée du cimetière d’Aurora, et relate en quelques lignes l’histoire du cimetière. Une seule ligne fait allusion au crash d’OVNI: « Ce site est également réputé pour la légende d’un crash d’ovni qui aurait eu lieu dans les alentours en 1897, et le pilote, mort dans le crash, aurait été enterré ici. »

Marqueur historique d'État au cimetière Aurora

Conclusions

Plusieurs prétendent que l’histoire a été entièrement fabriquée par les résidents d’Aurora pour intéresser les touristes, et aider la ville à ne pas mourir. 

Mary Evans, une habitante d’Aurora, affirme se rappeler du crash. Elle avait quinze ans à l’époque, et ses parents s’étaient rendus au lieu de l’accident, mais lui avaient interdit de venir. Elle se rappelle que les restes du pilote, « un petit homme », ont été enterrés dans le cimetière d’Aurora. 

Que le crash ait eu lieu ou non, cette légende continue de fasciner les gens, et jusqu’à aujourd’hui, des touristes vont visiter le cimetière où « un pilote d’un autre monde » a été enterré. Enfin, peut-être.

Technologie inconnue? Artefact extra-terrestre? La mystérieuse sphère des Betz

Floride, États-Unis, 1974.

Trois membres de la famille Betz inspectent un de leur terrain qui a subi un feu de broussaille. Ils y trouvent une sphère métallique d’environ 8 pouces de diamètre, bien ronde et lustrée, qui porte comme seul signe distinctif sur sa surface un triangle allongé d’environ 3mm (0,12 pouces). La boule pèse 10 kg (22 livres).

Pensant qu’il s’agit d’un vieux boulet de canon que quelqu’un aurait fait recouvrir d’un métal poli, ils le rapportent à la maison comme souvenir.

Le site du feu ne comporte pas de trace d’impact ou de cratère, et la sphère elle-même ne semble pas avoir subi de dommages par le feu.

la sphère des Betz

Premières réactions

Terry Betz, jeune étudiant en médecine et présent lors de la découverte, garde la sphère étrange dans sa chambre, près de la fenêtre. Il ne se passe strictement rien pendant deux semaines. Puis, lorsque Terry joue de la guitare dans sa chambre avec une amie, la sphère réagit. Elle vibre et émet un son lancinant en réponse à certaines notes. Vu la réaction perturbée du chien de la famille, il semble que la boule émette aussi des sons inaudibles pour les humains.

Dans les jours suivants, la famille Betz découvre d’autres particularités de la sphère. Par exemple, lorsqu’on la pousse sur le sol, elle s’arrête d’elle-même, vibre un moment, puis repart dans une autre direction, parfois à plusieurs reprises, avant de retourner à son point de départ, c’est-à-dire la personne qui l’a poussée. Le déplacement le plus long qu’ils ont observé a duré 12 minutes!

Si elle est posée sur la table de verre du salon, la sphère roule jusqu’au bord de la table et s’y arrête un instant, pour repartir dans le sens opposé et s’arrêter à nouveau près du bord, et ainsi de suite.

La famille Betz en est venue à la conclusion que la boule était soit équipée d’un système d’orientation sophistiqué, ou encore contrôlée intelligemment de l’extérieur.

Famille Betz et la sphère

On ne rigole pas avec les lois de la physique

Les Betz remarquent que la sphère est plus active les jours ensoleillés, comme si elle fonctionnait à l’énergie solaire.

Encore plus troublant, ils testent son apparent « instinct de survie » en inclinant la table de verre sur laquelle elle est posée, et la sphère commence à remonter la pente en utilisant son propre élan, défiant les lois de la gravité newtoniennes…

Abasourdis, les Betz décident de placer la sphère dans un sac fermé lorsqu’ils quittent la maison, pour éviter qu’elle se déplace d’elle même en leur absence.

Les Betz et les médias

Cherchant des explications, la famille décide de contacter les médias. Quelques jours après le premier article paru dans le journal local Jacksonville Journal, des médias du monde entier s’arrachent l’histoire. Mais les journalistes ne sont pas les seuls à payer une visite à la maison des Betz. Des US Marines se pointent rapidement pour observer la sphère. Ils émettent même un communiqué de presse officiel affirmant que la boule n’appartient pas au gouvernement américain.

Les scientifiques s’intéressent aussi à l’objet bizarre, mais les Betz refusent que la sphère quitte la maison pour être analysée, de peur qu’elle soit « égarée »…

Réactions poltergeist chez les Betz

Ce n’est que lorsque des phénomènes ressemblant à la présence d’un esprit frappeur se manifestent dans la maison que les Betz décident qu’ils ont besoin, après tout, des scientifiques… En effet, non seulement les portes de la maison se mettent à claquer toutes seules à tout moment du jour et de la nuit, une musique ressemblant à de l’orgue peut être entendue dans la maison, sans qu’il y ait d’orgue sur place.

Études scientifiques

Une étude faite par la US Navy conclut que la coquille de la sphère est d’une épaisseur de 12,5 mm (0,5 pouce), et peut résister à une pression de 120,000 livres par pouce carré. La surface de la sphère est faite d’acier inoxydable, plus spécifiquement d’alliage magnétique ferreux numéro 431. Cet alliage est particulièrement résistant à la chaleur et à la corrosion.

Grâce aux rayons X, ils découvrent que l’intérieur de la boule contient deux objets ronds entourés d’une sorte de halo fait d’un matériel d’une densité hors du commun.

Ils notent aussi que la sphère a 4 différents pôles magnétiques, deux positifs et deux négatifs, qui ne sont pas concentriques. Même si la boule est intensément magnétique, elle ne montre aucun signe de radioactivité.

betz

Par la suite, la « Omega Minus One Institute » de Baton Rouge en Louisiane, mène aussi sa propre étude, et conclut qu’un champ magnétique entoure l’objet et qu’il émet des sortes d’ondes radio. Elle confirme la présence de pôles multiples, et que la densité du champ fluctue en puissance selon un pattern inconnu, ce qui défie les lois de la physique. Elle conclut aussi que le métal dont la sphère est faite, ressemble à l’acier inoxydable, mais qu’il en est légèrement différent, contenant un élément inconnu.

Puis, un autre scientifique, le Dr. James A. Harder, conclut que les deux sphères à l’intérieur de la boule insolite sont faites d’éléments plus lourds que tout ce qui est connu de la science, évaluant leur numéro atomique à plus de 140 (au moment d’écrire cet article, le numéro atomique connu le plus élevé est 118).

Malgré toutes ces études, l’origine et l’identité de la sphère restent inconnus.

Et après?...

Comme toute furie médiatique, celle-ci a fini par retomber dans l’oubli. Plusieurs sites internet affirment avoir tenté de retrouver trace de la famille Betz et de la sphère, sans résultat… on n’entend plus parler d’eux, ce qui est dommage car il serait intéressant d’étudier la sphère à nouveau.

Les sceptiques en ont des bonnes!

Les sceptiques affirment que la sphère appartenait à un artiste, James Durling-Jones, qui récupérait du métal pour faire des sculptures. Il aurait ainsi installé plusieurs boules de métal provenant de soupapes à sphère industrielles sur le toit de sa VW et aurait roulé dans cette région de Floride en 1971. Des boules se seraient détachées du rack à bagages et seraient tombées sur ce même terrain ou les Betz ont fait leur découverte.

Et comment une sphère de soupape pourrait-elle avoir les réactions étranges et les propriétés hors du commun de la sphère des Betz? « Eh bien », expliquent-ils, « c’est que le plancher de leur maison n’était pas de niveau! »

Ha! Décidément, ils en ont des bonnes!

Références