Apparitions de visages dans une maison: Les visages de Bélmez

Apparitions de visages dans une maison: Les visages de Bélmez

Dans le village de Bélmez, en Espagne, un étrange phénomène s’est produit le 23 août 1971:

Dans une maison bien ordinaire, où habitait la famille de Juan et Maria Pereira, un visage humain s’est dessiné de lui-même sur le plancher de la cuisine…

visage de bélmez

Les apparitions de visages se multiplient

Quelques jours plus tard, les habitants de la maison détruisirent le plancher pour recouler un nouveau ciment, mais sans succès, puisque le 8 septembre de la même année, un autre dessin de visage apparut au même endroit. Cette fois, il fut découpé et mis sous verre.

Des fouilles ont été effectuées et des ossements furent trouvés sous la maison. Deux des corps, datant du XIIIème siècle, n’avaient pas de tête. Croyant découvrir la cause du problème, on inhuma les corps dans un cimetière catholique pour « apaiser les esprits », et le ciment fut coulé de nouveau.

Mais les apparitions de dessins n’étaient pas finies. Cette fois, des visages, parfois accompagnés de troncs ou de mains, sont apparus à plusieurs endroits de la cuisine, et même dans d’autres pièces de la maison.

Ce phénomène s’est poursuivi durant l’année suivante.

Galerie d'images - Les visages de Bélmez

Cliquez pour voir les images au plein format

Les visages de Bélmez attirent les curieux

Intrigués par ce phénomène hors de l’ordinaire, une foule de visiteurs affluaient à la petite maison située au 5, Rodriguez Acosta. Certains visiteurs ont affirmé que des visages se sont formés devant leurs yeux.

Les dessins étaient effectivement changeants. Il arrivait que certains visages se dessinent et disparaissent au cours de la même journée. D’autres restaient plus longtemps. On a remarqué qu’ils changeaient parfois d’expression.

Lorsqu’on a essayé de les effacer avec du détergent, les visages restaient, mais l’expression des yeux changeait pour devenir plus triste… Lorsqu’un visage était découpé pour être analysé ailleurs, le même visage réapparaissait dans la maison et s’effaçait lorsque le premier revenait sur les lieux.

Apparition de visages à Bélmez
Évolution de l'un des "visages" qui change avec le temps

Quand on construit des maisons sur un cimetière...

Ce n’est pas pour rien que des ossements avaient été retrouvés sous la maison: en effet, le terrain sur lequel étaient construites la maison des Pereira et la demeure voisine (où se produisaient des manifestations de type poltergeist), a été un lieu de sépulture pendant des siècles. On sait qu’il a abrité un cimetière romain, plus tard un cimetière musulman, et enfin un cimetière chrétien. Ce dernier était beaucoup plus grand que le terrain des deux maisons, et il existe toujours.

Des rénovations majeures dans le cimetière et dans l’église adjacente, qui avaient même dû inclure l’exhumation et la relocalisation de certaines tombes, ont étrangement coïncidé avec l’apparition des touts premiers visages. 

Des experts à Bélmez

Les autorités ont tout de suite cru au canular, surtout que le fils des Pereira était un artiste. Mais les enquêtes qui suivirent ne purent en rien prouver une quelconque supercherie.

Plusieurs experts sont venus sur les lieux pour pousser l’enquête. Parmi eux, mentionnons le Professeur German de Argumosa et le Professeur Hans Bender. À des fins d’analyse, le sol de la cuisine fut scellée pendant trois mois, et au bout de ce laps de temps, les visages avaient changés, et s’étaient déplacés, sans que les sceaux ne furent brisés.

Tous les tests possibles ont été effectués sur les visages. Des spécialistes de plusieurs universités européennes ont tenté de trouver des matières chimiques (peinture, teinture, nitrates, chlorides, sel d’argent, etc.), mais sans résultat. Il y eut aussi des tests de radioacitivité, de rayons-x, de détection de matières organiques qui furent effectués. On a pris des photographies à l’ultra-violet et à l’infra-rouge. Aucun de ces tests ne put prouver une quelconque supercherie.

Il fut observé aussi que le sol de la maison contenait un taux d’humidité très élevé, supérieur à 80% dans des conditions climatiques normales. Cette humidité provenait d’un ruisseau souterrain qui passait juste sous la maison.

Galerie d'images - Des experts à Bélmez

Cliquez pour voir les images au plein format

Phénomènes de voix électriques - EVP

Les enquêteurs ont finalement pensé à installer des micros dans les pièces et contre toute attente, ces appareils ont détecté des sons inaudible pour l’oreille humaine: des voix d’hommes, de femmes ou d’enfants, des gémissements douloureux, des pleurs. Parmi les nombreuses phrases qui furent reconnues, notons celles-ci:

– Angela (une ancêtre de Maria Pereira s’appelait Angela)
– Elle part avec tous les hommes
– L’enfer commence ici
– Je continue, enterré
– Maria, je veux partir
– Ils sont tous là.
– Ils sont tous morts.
– Le tuer
– Mamaaaaaaaaaaaan!
– On souffre

Les voix prenaient même part aux conversations qui avaient lieu dans la pièce, même si elles n’étaient pas entendues sur le coup. Par exemple, lorsque l’enquêteur Pedro Fernández a interviewé Isabel, la nièce du couple Pereira, Isabel a affirmé qu’elle croyait que les visages apparaissaient parce que les âmes sans repos des morts cherchaient quelque chose de spécial. Sur l’enregistrement, on entend une voix répondre à cela: « Justice ».

Sur un autre enregistrement, l’enquêteur Pedro Amoros suggère à Maria Pereira de s’adresser tout haut aux forces responsables des apparitions de visages dans sa maison. Maria s’exécute et demande: « Pourquoi avez-vous choisi ma maison? », et sur l’enregistrement, on peut entendre la réponse: « C’est un abus ».

Les enquêteurs se sont demandé si leur propre subconscient pouvait être à l’origine des voix qui étaient entendues sur les enregistrements. Ils ont tenté une expérience: chacun devait répéter mentalement une phrase dépourvue de sens, soit: « Je veux aller sur Vénus ». Le résultat fut des plus surprenants. Les voix enregistrées ont dit: « Nous devons aller sur Vénus ».

Les détracteurs ont affirmé que toutes ces voix venaient de l’extérieur de la maison.

Autres événements paranormaux

La maison a été habitée par la même famille pendant plusieurs générations. C’est ainsi qu’en l’an 1858, alors que les grands-parents maternels de Juan Pereira habitaient l’endroit avec leur fille de 9 ans, des cris et des pleurs furent entendus. Ils provenaient du grenier. Aucune explication logique ne fut trouvée pour expliquer ces bruits.

Dans la maison voisine, située au 3, rue Rodriguez Acosta, des voix, des bruits et des murmures ont été entendus au fil des années. On a aussi noté des événements poltergeist comme des cadres qui tombaient sans explication ou des meubles qui changeaient de place. Il y eut une époque où ces déplacements de meubles causaient de sérieux problèmes aux occupants car les objets déplacés venaient bloquer la porte qui donnait accès sur la rue.

Finalement, le Professeur Hans Bender a mentionné que lorsqu’il était dans la maison des Pereira pour enquêter, il lui est arrivé de sentir que quelqu’un le touchait à la nuque.

Galerie d'images - La maison

Cliquez pour voir les images au plein format

Aujourd'hui...

Il parait que certains dessins sont encore visibles aujourd’hui, et que la maison est toujours visitée par des curieux. Maria Pereira est morte en février 2004.

Hypothèses

La télékinésie inconsciente

L’hypothèse retenue par la plupart des chercheurs est celle de la télékinésie. La télékinésie, ou psychokinésie, est la faculté de déplacer ou influencer des objets à distance, par la pensée. Elle peut se produire de façon inconsciente.

Dans le cas des visages de Bélmez, les enquêteurs notent que la combinaison de trois éléments particuliers permettent probablement le phénomène :

  • un taux élevé d’humidité,
  • le plancher de ciment,
  • et un humain capable de télékinésie. On suppose qu’il s’agit de Maria Pereira, qui habitait la maison. Certains disent même que les visages changeaient selon l’humeur de la femme.

Pourtant, depuis la mort de Maria Pereira, les visages ont continué à évoluer, certains se formant sur le sol de la maison voisine.

Les esprits troublés

Plusieurs croient que ce sont les âmes des personnes enterrées dans le cimetière se trouvant sous la maison, qui se manifestent de cette façon. 

Le miracle religieux

Cette théorie a été favorisée par la population locale au cours des premiers mois, mais n’a jamais été officiellement soutenue par l’église.

Phénomène poltergeist

Avec tous les événements paranormaux associés à cette maison, il est surprenant que les chercheurs en phénomènes étranges ne mentionnent pas plus souvent l’hypothèse du poltergeist, ou si vous préférez de l’esprit frappeur, lorsqu’ils parlent des visages de Bélmez. Les déplacements d’objets et les voix qui prennent part aux conversations dans la pièce sont des éléments courants dans les cas de poltergeist. Il y a même certains cas où des écritures apparaissent spontanément dans la maison, alors pourquoi pas des dessins?

L'illusion d'optique

Selon cette hypothèse, des motifs aléatoires apparaissent naturellement sur les sols en ciment dans les conditions environnementales données (humidité, etc.). Ces taches sont perçues comme des visages par une illusion d’optique nommée paréidolie, un phénomène qui consiste à identifier une forme familière dans des motifs.

Canular

Beaucoup de détracteurs ont affirmé haut et fort que cette histoire était un canular. Pourtant, il s’agit d’un cas étrange bien étudié, et aucune trace d’intervention volontaire (comme une pigmentation montrant que les dessins aient pu être faits à la main, par exemple) n’a pu être trouvée.

Les sceptiques disent souvent que le but de la famille Pereira était de faire de l’argent en percevant des droits d’entrée pour la visite des lieux. En vérité, certains visiteurs laissaient des pourboires, mais l’entrée fut toujours gratuite, et il était connu que les Pereira étaient des gens très hospitaliers, qui traitaient bien ceux qui allaient contempler les visages. On rapportait aussi que la vente de photographies à la presse rapportait une bonne somme d’argent, mais il fut prouvé qu’un photographe en particulier recevait ces bénéfices, et qu’il n’a jamais partagé ses gains avec la famille de Maria. Ceux qui la connaissent bien répliquent que Maria a mené une vie modeste et est décédée dans une pauvreté relative, et que la seule chose qu’elle ait vraiment obtenue avec cette histoire, c’est qu’une nouvelle cuisine lui soit construite, adjacente à la maison. Dans laquelle, évidemment, de nouveaux visages sont apparus…

Références utilisées pour ma recherche:

Published bySuzie Palmer

Suzie Palmer est une chroniqueuse du paranormal, écrivant des articles pour le blog "Enquêtes sur l'impossible". Elle s'intéresse au paranormal et aux mystères depuis des décennies, et elle a habité dans différentes régions du Canada ainsi qu'aux États-Unis.

2 Comments

Post a Comment