types de hantise

Les types de hantise

Des phénomènes de hantise se produisent partout, dans tous les pays, à toutes les époques. Il est intéressant de noter que dans la plupart des cultures, on attribue ces phénomènes à des défunts.

Lorsqu’on regarde de plus près, on peut voir qu’il existe plusieurs types de hantise, qui se manifestent de façon différente, et qui ont des explications différentes. Je me suis d’abord référée à plusieurs auteurs en paranormal pour classifier les types de hantise, mais avec les années, j’ai fini par faire ma propre liste de termes et mes propres définitions.

Je la partage avec vous, afin de vous aider à y voir plus clair et à comprendre le vocabulaire que j’utilise dans mes articles.

Hantise traditionnelle

Il s’agit de l’esprit d’une personne décédée qui reste sur notre plan plutôt que de passer dans l’au-delà. Habituellement lié à un lieu en particulier.

Ce type de fantôme peut parfois intéragir avec les vivants, tenter de leur parler, ou même de les effrayer. Le comportement de ce fantôme peut varier d’une apparition à une autre.

Des animaux peuvent aussi se manifester par hantise traditionnelle.

dame blanche

Témoignage

Plusieurs visiteurs de l’Hôtel Fairmont Banff Springs, au Canada, ont rapporté avoir vu le fantôme d’une jeune mariée montant ou descendant les escaliers de l’hôtel. Certains aussi l’ont vue danser dans la salle de bal. On dit que le fantôme hante l’endroit depuis qu’une jeune femme est morte en tombant dans ces escaliers dans les années 1930.

Ayant ouvert ses portes en 1888, l’hôtel en question ressemble à un château flanqué dans un décor naturel à couper le souffle. Si vous y allez pour un séjour et que vous trouvez que le service est de qualité, sachez que vous avez peut-être reçu de l’aide d’outre-tombe. En effet, on rapporte que le fantôme serviable d’un homme âgé s’occuperait d’assister les invités et même parfois les membres du personnel.

Un des témoignages concernant ce fantôme nous vient de deux dames âgées qui, lors d’un séjour à cet hôtel, se sont retrouvées avec une clé de chambre qui ne fonctionnait pas. Afin d’obtenir de l’aide, elles sonnèrent la cloche du bureau de la réception. Mais le chasseur attitré était alors occupé et ne put leur répondre avant 15 minutes. 

Lorsque le chasseur rejoint finalement les deux dames, leur porte de chambre avait été débarrée, et leur problème réglé. Elles expliquèrent qu’un chasseur âgé, parlant avec un accent écossais et vêtu d’une veste à carreaux, les avait aidées.

La description qu’elles donnèrent de l’homme mystérieux ne correspondait à aucun employé actuel, mais correspondait en tout point à Sam McCauley, un ancien employé qui fut chasseur en chef depuis les années 1960, jusqu’à sa mort en 1975. 

Elles ne furent pas les premières, ni les dernières, à apercevoir le fantôme du chasseur décédé. (3)

Hantise résiduelle

Ces hantises ne sont pas causées par des âmes égarées, mais simplement par une empreinte visuelle et auditive d’un événement, qui serait enregistrée dans la pierre, ou dans certaines composantes de la pierre de l’endroit (le silica par exemple). Un peu comme un film s’enregistrant sur une pellicule. Cette empreinte rejouerait ensuite lorsque les conditions climatiques seraient favorables. Ce phénomène de hantise résiduelle serait, selon certains chercheurs en paranormal, tout à fait naturel, mais encore mal compris.

Et bien que nous ne comprenions pas encore ce qui cause l’enregistrement d’un événement dans la pierre de l’endroit, il semblerait que les émotions vives jouent un rôle dans le déclenchement de ces enregistrements. En effet, ces hantises rejouent habituellement des événements dramatiques, comme des accidents, ou des batailles.

Une des caractéristiques des hantises résiduelles, c’est que la scène se rejoue toujours de la même façon, au même endroit. Comme une scène de film qui serait identique à chaque fois qu’on la visionne. Certains chercheurs en paranormal croient que ces hantises s’atténuent avec le temps, mais il existe plusieurs scènes de soldats romains qui rejouent toujours au Royaume-Uni, même si l’occupation romaine est vieille de presque 2000 ans.

Ces apparitions ne prennent pas seulement forme humaine, elles peuvent aussi prendre la forme de véhicules ou d’animaux. Elles peuvent être visuelles, auditives et olfactives. Il est connu que certaines hantises résiduelles sont uniquement sonores, comme l’enregistrement d’un meurtre qui aurait eu lieu à la Tour Eiffel.

Destroyed KV Tank (H. Liska, 1942)

Témoignage

Dans le recueil « Histoires et récits insolites », on peut lire le témoignage suivant:

Le 4 Août 1951, deux Anglaises en vacances près de Dieppe en Normandie sont témoins d’un phénomène insolite: elles entendent, dès l’aube, des bruits de bataille alors qu’aucun affrontement n’a lieu dans les environs.

Le vacarme durera plusieurs heures, avec des pauses et des variations. Ainsi, à 4 heures du matin, elles entendent clairement des bruits de canons et de bombardements, jusqu’à 4h50. À 5h07, de nouveaux bombardements et des cris sont clairement perçus, suivis d’un silence à 5h40. Des moteurs d’avion sont entendus à partir de 5h50. À 6h25, des cris sont à nouveau perçus, qui s’affaiblissent jusqu’à se taire complètement.

Il fut confirmé par les archives militaires que cette série de bruits correspond au déroulement de l’attaque du Port de Dieppe du 19 Août 1942 par les Forces canadiennes et britanniques. Les bruits de la bataille avaient donc rejoués, 9 ans plus tard, comme un enregistrement. (4)

Poltergeist

Poltergeist est un mot allemand qui signifie « fantôme bruyant », ou comme on le dit en français, un esprit frappeur. Il s’agit d’une hantise pendant laquelle se produisent des manifestations physiques. Par exemple: coups frappés aux murs, chutes de pierres, meubles qui se déplacent, portes qui claquent, ampoules qui clignotent, articles qui disparaissent, objets qui prennent feu spontanément, voix désincarnées qui se font entendre.

La plupart des cas de poltergeist sont de courtes durées, durant au plus quelques mois. Les cas s’étalant sur des années sont rares. 

Bien que des esprits semblent parfois être à l’origine de manifestations poltergeists, il est plus fréquent que l’origine du phénomène soit une télékinésie inconsciente. De ce fait, les manifestations poltergeists sont majoritairement centrés autour d’une seule personne habitant la maison qui est aux prises avec les phénomènes, souvent un adolescent ou un enfant pré-pubère.

vieux paris
Vieux Paris par Eugène Atget

Témoignage

Dans son ouvrage « Des Esprits et de leurs manifestations fluidiques », Jules de Mirville raconte l’anecdote suivante:

Le 2 février 1846, on lit dans la Gazette des Tribunaux, un périodique de Paris consacré aux débats judiciaires, les détails d’un fait des plus singuliers: chaque soir, chaque nuit depuis trois semaines, une pluie de projectiles divers (pavés, fragments de démolition, moellons) s’abat sur un terrain de la rue Neuve-de-Cluny.

Ces phénomènes se produisent alors que des travaux de démolition sont en cours dans le quartier. Le but de ces travaux est d’ouvrir une rue nouvelle, qui doit joindre la Sorbonne au Panthéon. Tout près de ces maisons en démolition se trouve le terrain qui est victime des pluies de projectiles, soit le chantier d’un marchand de bois et de charbon, M. Lerible, et sa maison. 

Par leur volume et par la violence avec laquelle ils sont lancés, ces projectiles produisent des dégâts tels que les châssis des fenêtres et les chambranles des portes sont brisés, réduits en poussière comme si on eût soutenu un siège à la mitraille.

Vu la distance parcourue et leur poids, il est difficile de croire que ces projectiles soient lancés de main d’homme. Et une enquête n’a pas permis de découvrir les plaisantins se cachant derrière les méfaits. « En vain a-t-on exercé sous la direction personnelle du commissaire de police et d’agents habiles, une surveillance de jour et de nuit, en vain le chef du service de sûreté s’est-il rendu avec persistance sur les lieux ; en vain a-t-on lâché chaque nuit dans les enclos environnants, des chiens de garde ; rien n’a pu expliquer le phénomène, que, dans sa crédulité, le peuple attribue à des moyens mystérieux ; les projectiles ont continué à pleuvoir avec fracas sur la maison, lancés d’une grande hauteur au dessus de la tête de ceux qui s’étaient placés en observation jusque sur le toit des maisonnettes environnantes, paraissant provenir d’une très grande distance, et atteignant leur but avec une précision en quelque sorte mathématique, et sans qu’aucun parût dévier, dans sa courbe parabolique, du but invariablement désigné. »

Le phénomène étrange durera environ trois semaines, et se terminera sans qu’aucune explication ne puisse être trouvée. Jules de Mirville ajoute, dans son ouvrage, qu’il est allé lui-même sur place mener son enquête.

« Alors nous nous rendîmes dans le quartier, nous visitâmes la maison, nous causâmes avec le maître charbonnier Lerible, à qui elle appartient. (…) Et le pauvre homme nous montrait tous les fragments de sa vaisselle brisée, de sa pendule, de ses bocaux à fleurs, de ses glaces, débris qu’il évaluait à quinze cents francs, ce qui ne nous étonnait pas, et dans le fait, nous trouvions sa défense assez valable, surtout lorsqu’il ajoutait : « Et moi donc, est-ce que je n’aurais pas commencé par me mettre à l’abri ? Est-ce que ces pierres ne tombaient pas sur moi encore plus rudement que sur les autres ? Tenez, voyez encore cette blessure près de la tempe ; savez-vous bien que je pouvais y rester ? » (…)

Un détail bien curieux est celui qu’il nous fit admirer : cette chambre était remplie de pierres et de fragments de tuiles longs et plats ; cette forme nous frappa. « Par quel hasard ? lui dîmes-nous… »
– « Voilà. Monsieur, c’est que j’avais fermé mon volet. Eh bien ! remarquez bien cette fente-là.
– Effectivement, c’est une fente très longue et très étroite.
– Eh bien ! Monsieur, à partir du moment où j’eus fermé mon volet, toutes les pierres eurent cette forme que vous leur voyez, et toutes arrivaient par cette fente, qui a à peu près leur largeur ! Nous restâmes confondus devant l’adresse des jongleurs qui visaient aussi juste et d’une aussi grande distance. »
(9)

Objet hanté

Certains objets inanimés semblent garder en eux une énergie qui est à l’origine de manifestations paranormales. Toutefois, il n’existe pas de consensus chez les chercheurs en paranormal pour expliquer ces hantises.

Personnellement, je simplifie le sujet en deux catégories:

  • L’objet hanté peut garder en lui une énergie résiduelle. Cette énergie peut avoir été créée par une personne au cours de son existence, ou après son décès.
  • Ou encore, un fantôme peut être particulièrement attaché à un objet. 
Illustration faite à partir d'une sculpture par Staelens

Témoignage

L’utilisatrice Reddit Background_Apricot78 a partagé cette histoire dans r/Paranormal:

« Alors, le père de mon copain a acheté une sorte de statue dans une boutique d’antiquités et il l’a montrée à mon copain et à sa soeur. Lorsque mon copain l’a touchée, il a été pris d’un terrible mal de tête qui est parti dès qu’il a reposé la statue. 

Cette nuit-là, sa soeur et lui ont commencé à faire des cauchemars où ils se faisaient attaquer (battus pendant qu’un femme ou une fille regardait la scène se produire). Sa soeur s’est réveillée à 4h du matin et a vu une silhouette qui la fixait. »

L’histoire a pris une tournure surprenante lorsque le chien de la famille a agrippé la statue, l’a détruite, et est allé enterrer les morceaux. (5)

Fantôme d'un vivant

Il s’agit d’un phénomène ou le témoin aperçoit une personne à un endroit, alors qu’elle ne s’y trouve pas. Cette personne, bien vivante, est ailleurs en train de suivre le cours de sa vie, et ignore dans la plupart des cas que ce phénomène se produit. Ce phénomène est aussi appelé « projection mentale », « bilocation » ou « dédoublement ».

Les dopplegängers et les vardøgers se classent dans ce type de hantise.

Hans Peter Feldmann - Two girls with shadow, 1999

Témoignage

L’utilisateur Reddit WofoWoof a partagé dans r/Paranormal une expérience qu’il a vécu alors qu’il était enfant. Il s’était levé une nuit pour aller aux toilettes, mais sa petite soeur, le regardant sans expression particulière sur son visage, était entrée dans la salle de bain avant lui. 

Descendant alors au rez-de-chaussée pour y utiliser l’autre salle d’eau, il fut surpris de voir sa petite soeur en sortir. « Stupéfait et perplexe, je dis alors à ma soeur que je viens tout juste de l’apercevoir à l’étage entrer dans la salle de bain. Elle me jette un regard confus et dit que je suis fou. » (1)

Hantise d'un proche récemment décédé

Ces fantômes sont liés à un événement en particulier, soit la mort d’un être cher. La personne décédée apparaît alors à un proche encore vivant. Dans la plupart des cas, le fantôme cherche à transmettre un message d’amour, à dire aurevoir, ou il demande de ne pas s’inquiéter car il se porte bien. Il est fréquent que ce proche disparu apparaisse sous son meilleur jour, et il revêt parfois une apparence lumineuse.

On peut classer ces hantises en trois catégories:

  • Soit que le fantôme apparaît au moment de son décès, justement pour annoncer qu’il est mort,
  • Soit qu’il apparaît dans les heures ou les jours qui suivent afin de transmettre un dernier message,
  • Soit qu’il apparaît après plusieurs mois ou même plusieurs années. Dans ces cas, c’est souvent lorsque le proche encore vivant vit des moments troubles.

Certains auteurs en paranormal parlent d’ « apparitions de crises » pour décrire ce phénomène.

Il est possible aussi d’avoir la visite de son animal domestique récemment décédé.

andré bloch
André Bloch

Témoignage

Camille Flammarion, dans son livre L’inconnu et les problèmes psychiques, mentionne que le compositeur français André Bloch lui aurait fait part d’une apparition singulière que Berthe, sa mère, aurait vue.

C’était le 12 Juin 1896. Alors que Berthe était à Rome pour passer quelques temps avec lui, elle aperçut près d’elle son neveu René Kraemer qui la regardait et lui dit en riant:

« Mais oui, je suis bien mort! »

Effrayée, elle courut rejoindre son fils pour lui raconter l’événement. Ce n’est que deux semaines plus tard, alors qu’ils rentraient à Paris, qu’ils apprirent que le neveu René était mort d’une péritonite. Son décès s’était produite le 12 Juin 1896, après avoir plusieurs fois exprimé le désir de revoir sa tante Berthe. (6)

Ombre

Ce sont des esprits d’une apparence humaine très sombre, et habituellement sans traits apparents. Ils peuvent hanter un endroit, ou suivre une personne, en dégageant de fortes émotions négatives: colère, jalousie, jugement, agressivité, dépression. Ils cherchent parfois à influencer les vivants pour les submerger par ces émotions.

Dans certains cas, ils influencent d’autres fantômes et les empêchent de rejoindre l’au-delà en les gardant près d’eux.

On retrouve, dans ce type de hantise, des archétypes tels « l’homme au chapeau », « la vieille sorcière » ou le « personnage à capuchon ».

Bien qu’ils soient souvent la manifestation de personnes décédés, il arrive que des ombres soient des esprits provenant d’un autre monde, qui ne se sont jamais incarnés ici en tant qu’humain ou animal, et qui n’appartiennent pas à notre plan.

Ce que certains appellent « démons » se classent dans ce type de hantise.

type de hantise ombre
ombre

Témoignage

« J’avais environ 10 ou 11 ans quand je suis allée dans cette maison. C’était le jour, et le bâtiment était bien éclairé. J’ai jeté un oeil dans quelques pièces et je n’ai rien vu d’anormal, jusqu’à ce que je me retrouve dans ce couloir, et c’était là, tout d’un coup au bout du couloir, qui me regardait, même si ça n’avait pas de yeux.

L’ombre et moi nous sommes dévisagés pendant quelques temps, et j’avais l’impression que ce n’était pas réel, jusqu’à ce que ça commence à marcher lentement vers moi. Juste le temps que je me retourne, et l’ombre avait avancé d’environ 7 mètres en une fraction de seconde.

Je suis finalement sortie de la maison, et je l’ai de nouveau observée. Cette chose s’était arrêtée à la porte, comme si c’était incapable de quitter la maison. Ensuite, c’est simplement retourné d’où ça venait. »

– Courtney (7)

Guide spirituel

De nombreux maîtres à penser expliquent que nous avons tous au moins un guide spirituel qui nous accompagne le temps de notre existence sur ce plan terrestre. Ce guide peut parfois se manifester sous la forme d’une apparition ou d’un rêve. Dans certains cas, le témoins aperçoit le guide spirituel d’une autre personne.

"Thunderbird" by Thomas Blackshear II

Témoignage

Dans son autobiographie Mémoires de vie, mémoires d’éternité, la psychiatre Elisabeth Kübler-Ross mentionne un événement d’une grande importance pour elle. Alors qu’elle venait de faire la rencontre d’une femme qui prétendait pouvoir photographier des fées, elle se rendit à un point d’observation d’où elle pouvait voir un champ verdoyant à l’orée d’un bois. Là, elle demanda à voix haute « Si j’ai vraiment un guide et s’il peut m’entendre, eh bien, qu’il apparaisse dans le prochain cliché. » Puis, elle prit une photo de la nature devant elle.

Lorsque le film fut développé, elle vit que sur le cliché, en surimpression devant le paysage photographié, on pouvait voir une personne. « (…) on voyait au premier plan un grand Indien, musclé, d’apparence stoïque, les bras croisés sur la poitrine. »

Pour Elisabeth Kübler-Ross, une psychiatre qui a consacré sa carrière à étudier les derniers instants de vie, ainsi que la vie après la mort, ce cliché était une preuve tangible de l’existence de son guide spirituel. (2)

Tulpa

Les tulpas sont une sorte d’esprit créé par un humain lors de méditations. Nourri d’abord par l’énergie de son créateur, le tulpa finit par développer une vie immatérielle qui lui est propre. 

Le tulpa prend l’apparence que lui imaginait la personne qui l’a créé. Il suit habituellement son créateur, mais il peut facilement devenir hors de contrôle et véhiculer alors une énergie négative. Il arrive que des tulpas soient créés inconsciemment. 

Alexandra David-Néel
Alexandra David-Néel par Preus museum

Témoignage

En 1916, Alexandra David-Néel entreprend un périple au Tibet qui durera 14 ans. Elle sera la première femme occidentale à se rendre à Lhassa. Elle raconte les détail de ces explorations dans son livre autobiographique « Mystiques et magiciens du Tibet ». Elle y mentionne plusieurs expériences mystiques, entre autre la création d’un tulpa.

Curieuse devant ce phénomène, elle décide de l’expérimenter et utilise des enseignements tibétains pour visualiser et créer son propre tulpa. Ne voulant pas être influencée par les imageries des divinités tibétaines qu’elle voit tous les jours, elle choisit de visualiser quelque chose de complètement différent, soit un petit moine joufflu et joyeux. 

Après plusieurs mois de visualisation, le tulpa prend vie. De temps en temps, elle l’aperçoit dans son appartement, ou à l’extérieur alors qu’elle voyage à dos de cheval. Le tulpa a alors un comportement type de quelqu’un qui voyage: il marche, s’arrête, regarde autour de lui. Des actions que sa créatrice ne lui a pas commandées. Il a une vie à soi.

Avec le temps, le petit moine joufflu change: il devient plus mince, et son sourire jovial se transforme en sourire moqueur et malin. Il devient audacieux et cause du trouble.

Un jour, un berger qui apportait un présent pour Alexandra voit l’apparition dans sa tente et croit qu’il s’agit d’une vraie personne.

Alexandra décide de dissoudre son tulpa qui devient hors de contrôle. Cela lui prend six mois de dur combat. (8)

Références

  1. Has anyone ever had experiences with « dopplegangers? », r/Paranormal, Reddit
  2. Kübler-Ross, Elisabeth.- Mémoires de vie, mémoires d’éternité.- Paris: Éditions Jean-Claude Lattès, 1998.
  3. The Ghosts of Fairmont Banff Springs, Avenue Magazine Calgary
  4. Histoires et récits insolites.- Sélection du Reader’s Digest, 1979
  5. Cursed object and how to counteract it, r/Paranormal, Reddit
  6. Flammarion, Camille.- L’inconnu et les problèmes psychiques.-  Paris, 1900
  7. These Terrifying Stories Of Shadow People Will Stay With You, Anomalien
  8. David-Neel, Alexandra.- Magic and Mystery in Tibet.- Londres, 1931
  9. De Mirville, Jules.- Des esprits et de leurs manifestation fluidiques.- Paris, 1854

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *