La femme toxique

La femme toxique

Introduction

Le soir du 19 Février 1994, Gloria Ramirez est amenée à l’urgence de l’Hôpital Général de Riverside, en Californie. Alors qu’une équipe s’affaire auprès d’elle, un des membres du personnel s’évanouit, suivi d’un autre, puis d’un autre. Une sorte de vapeur émane de la patiente et intoxique le personnel de l’hôpital, qui  respire difficilement et commence à vomir, à être pris de spasmes musculaires et à s’évanouir. L’histoire de cette femme toxique est un des mystères médicaux les plus troublants des temps modernes.

Les événements

Gloria Ramirez, 31 ans, souffrait d’un cancer du col utérin en phase terminale. Elle était sous chimiothérapie, et sa famille s’attendait à ce qu’elle vive encore quelques années. Ce soir-là, comme elle avait de violentes douleurs à la poitrine, de la difficulté à respirer et des vomissements, une ambulance a été appelée pour elle.

Gloria Ramirez
Gloria Ramirez, la femme toxique

À son arrivée à l’hôpital, elle était toujours consciente, mais parlait de façon incohérente. Ses respirations étaient courtes et rapides, et son coeur battait à un rythme alarmant. L’équipe médicale lui a fait des injections, mais comme la patiente ne réagissait pas de façon positive aux médicaments, les médecins ont dû utiliser un défibrillateur cardiaque. C’est à ce moment-là que le personnel médical a remarqué des indices troublants… sa peau était couverte d’un lustre huileux, et une odeur d’ail émanait de sa bouche. Lorsque Susan Kane, une infirmière, a tenté de prélever du sang du bras de Gloria, elle a remarqué une odeur d’ammoniac provenant du tube. Elle a donc passé la seringue à Julie Gorchynski, une résidente en médecine, qui a remarqué des particules cristallisées flottant dans le sang.  

C’est à cet instant que Kane, l’infirmière, s’est évanouie, et que Gorchynski, la résidente en médecine, a quitté la pièce car elle avait des nausées et se sentait étourdie. Elle s’assoit au bureau des infirmières, et s’évanouit, prise de convulsions. Maureen Welch, une inhalothérapeute, a été la troisième personne à s’évanouir. Sur les 37 membres du personnel qui travaillaient ce soir-là, 23 d’entre eux sont tombés malades, dont 5 qui ont dû être hospitalisées à cause de la sévérité de leurs symptomes. 

J'ai travaillé pendant 7 ans dans une salle d'urgence, et je n'ai jamais vu un autre événement de la sorte.
Susan Kane
Infirmière intoxiquée par la présence de Gloria

Après 45 minutes de défibrillation et de RCP, Gloria Ramirez est décédée. Son corps a été isolé dans un contenant en aluminium et la salle d’urgence fut fermée. Les patients des urgences ont été conduits à l’exterieur, dans le stationnement de l’hôpital, afin d’éviter qu’ils soient exposés à cet étrange toxicité. Ce n’est que le lendemain matin que la salle d’urgence fut rouverte, seulement après qu’une équipe spécialisée en matières dangereuses, vêtue d’uniformes de protection, ait méticuleusement nettoyé les lieux. 

Lors de l’autopsie menée une semaine plus tard, il fut déclaré que la cause de la mort était une dysrythmie déclenchée par une insuffisance rénale provenant d’un cancer du col de l’utérus. Toutefois, rien dans les résultats de l’autopsie indiquait l’origine de la toxicité qui émanait de la femme. 

Il n'y a pas d'évidence claire que [son corps] ait été contaminé par quoi que ce soit.
Dr. Jeffrey Simons
Riverside Community Hospital

Mais comment cette femme a-t-elle pu devenir porteuse d’une émanation si toxique?

Les théories

Suicide

La première théorie était que les employés de l’hôpital avaient en quelque sorte été empoisonnés par une classe mortelle de produits chimiques, les organophosphorés, qui sont courants dans les insecticides et les pesticides. En fait, les médecins ont suggéré que Gloria s’était probablement suicidée en ingérant un insecticide ou un pesticide. La famille de Gloria a fermement réfuté cette théorie, insistant sur le fait qu’elle n’était pas suicidaire et qu’aucun produit chimique de ce type n’avait été trouvé dans son appartement.

Hystérie collective

Le ministère de la Santé et des Services sociaux de Californie a envoyé deux scientifiques mener une enquête auprès du personnel de l’hôpital qui se trouvait à l’urgence ce soir-là. Ils ont constaté que les personnes intoxiquées avaient des résultats d’analyse sanguine normaux après les événements, et qu’il s’agissait pour la plupart de femmes. Ils ont donc conclu à une hystérie de masse.

Cette affirmation a été fortement réfutée, entre autres par Julie Gorchynski qui a invoqué sa propre histoire médicale. Après l’exposition à la toxicité de Gloria, la résidente en médecine a passé deux semaines dans l’unité de soins intensifs, souffrant de problèmes respiratoires. Elle a aussi développé une hépatite et une pancréatite, et plus tard une ostéonécrose aux genoux.

Il faut aussi ajouter que les victimes étaient tous des professionnels habitués à travailler jour après jour dans des situations d’urgence, ce qui rend le scénario de l’hystérie de masse peu plausible.

DyméthylSulfoxyde

Finalement, le bureau du coroner de Riverside contacta le Laboratoire National Lawrence Livermore pour enquêter. Leur conclusion fut que Gloria utilisait du diméthylsulfoxyde comme remède-maison pour soulager sa douleur. Cela expliquerait le parfum d’ail ainsi que la couche huileuse sur sa peau. Mais alors, pourquoi les employés de l’hôpital seraient-ils tombés malades après avoir été exposés à Gloria?

Le laboratoire émit l’hypothèse que l’utilisation de diméthylsulfoxyde, combiné avec l’oxygène administré dans l’ambulance, créerait une série de réactions chimiques et formerait du sulfate de diméthyle, un poison et un agent cancérigène qui cristallise à la température ambiante.

DMSO
Qu'est-ce que le diméthylsulfoxyde?

Connu sous l'abbréviation DMSO, il est vendu sans prescription aux États-Unis sous forme de gel ou de crème. Il est surtout utilisé pour soulager la douleur et l'inflammation, causées par ces conditions: vessie douloureuse, arthrose, zona et maux de tête. Les effets secondaires les plus courants sont des maux de tête, une irritation cutanée et une odeur d'ail.

Cette théorie est matière à débat dans la communauté scientifique, plusieurs spécialistes estimant cette théorie tirée par les cheveux, ajoutant que les symptômes ressentis par les employés de l’hôpital ne concorderaient pas avec ceux ayant subi une exposition au sulfate de diméthyle. De plus, une conversion de diméthylsulfoxyde en sulfate de diméthyle n’a jamais été vue auparavant dans le corps humain, elle semble donc extrêmement improbable. La famille Ramirez est elle aussi en désaccord avec cette théorie, et aucun diméthylsulfoxyde n’a été trouvé dans son appartement. 

Malgré tout, cette théorie est officiellement approuvée par le Bureau du Coroner de Riverside.

Distribution de drogues illégales depuis l'hôpital

Une théorie proposée par le New Times LA (voir les numéros du 21 mai et du 17 septembre 1997) suggère que l’hôpital cacherait un laboratoire clandestin de méthamphétamine, et que des travailleurs hospitaliers impliqués dans la production de la drogue illégale utiliseraient des sacs intraveineux pour entreposer et transporter des précurseurs chimiques tels que la méthylamine. Une de ces poches intraveineuses aurait été donnée par erreur à Gloria Ramirez. L’élément clé à l’appui de cette théorie est que les précurseurs de la méthamphétamine ont une odeur distinctive d’ammoniac.

Une deuxième autopsie

Deux mois après la mort de Gloria, sa famille a ordonné une autopsie indépendante. Ils ont engagé le Dr Richard Fukumoto, mais celui-ci fut incapable d’établir la cause de la mort parce que le coeur était manquant et ses autres organes étaient contaminés par de la matière fécale. De plus, elle avait été entreposée dans un congélateur défectueux, et par conséquence son corps était trop décomposé. 

Au bout du compte, la famille Ramirez croit que l’hôpital tente de dissimuler ce qui s’est vraiment passé, le coeur manquant ayant été détruit dans le but de camoufler les preuves. 

Published bySuzie Palmer

Suzie Palmer est une Québécoise qui a habité dans différentes provinces canadiennes et aux États-Unis. Elle s'intéresse au paranormal et aux mystères depuis son adolescence.

3 Comments

Post a Comment